Rama Yade - Actualité de Rama Yade

Forums de discusions entre filles.

Modérateurs: Moderatrices du Forum des Filles Soninkara, Moderateurs Soninkara

Rama Yade - Actualité de Rama Yade

Messagepar Rama Yade » Mer Fév 20, 2008 10:14 pm

Rama Yade - Actualité de Rama Yade
Ramata Camara, wesh wesh
« Pourquoi me ferais-je enterrer seule dans un cimetière des Hauts-de-Seine ? ». Ces propos sont signés de Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme en France. Rama Yade fait part de tout son écartellement entre deux cultures, deux pays, la France et le Sénégal.
Avatar de l’utilisateur
Rama Yade
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 912
Enregistré le: Mar Oct 02, 2007 6:41 am

Rama Yade - Actualité de Rama Yade

Soninkara
 

Messagepar Rama Yade » Mer Fév 20, 2008 10:47 pm

Rama Yade crée la polémique en accusant la gauche de racisme

AFP - Mercredi 20 février, 18h10

NANTERRE (AFP) - Des responsables de l'opposition de gauche en France ont vivement dénoncé mercredi un "dérapage" de la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme Rama Yade, d'origine sénégalaise, qui a accusé la gauche de racisme à son égard.

Lors d'un meeting de campagne pour les prochaines élections municipales à Colombes, ville de banlieue parisienne où elle est candidate sur la liste de l'UMP (droite, au pouvoir), Mme Yade a affirmé être une cible de la gauche en raison de sa couleur de peau.

"Cette gauche qui dit défendre les modestes, les minorités et les immigrés, c'est cette gauche qui s'en prend à moi (...) parce que je suis noire", a déclaré Mme Yade, selon une vidéo publiée sur le site internet du quotidien Le Parisien.

Le candidat de la gauche à Colombes, le socialiste Philippe Sarre, a dénoncé des propos "d'une rare violence" et a trouvé "désolant" qu'un "membre du gouvernement de la République n'ait pas d'autres arguments à faire valoir". Il a réclamé des excuses publiques à Mme Yade.

La dirigeante communiste Marie-George Buffet, a elle aussi réclamé des "excuses publiques du gouvernement" suite aux propos de la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme.

Le porte-parole du gouvernement, Laurent Wauquiez, a apporté son soutien mercredi à Rama Yade, estimant qu'il n'était "pas si facile d'être engagé en politique en portant son histoire, qui est l'histoire d'un parcours de la diversité".

Benjamine du gouvernement français à 31 ans, proche du président Nicolas Sarkozy, Rama Yade est présentée par le chef de l'Etat comme l'un des symboles de la diversité de son gouvernement.
Ramata Camara, wesh wesh
« Pourquoi me ferais-je enterrer seule dans un cimetière des Hauts-de-Seine ? ». Ces propos sont signés de Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme en France. Rama Yade fait part de tout son écartellement entre deux cultures, deux pays, la France et le Sénégal.
Avatar de l’utilisateur
Rama Yade
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 912
Enregistré le: Mar Oct 02, 2007 6:41 am

Messagepar Salimata » Jeu Fév 21, 2008 12:20 am

toi tu risques la prison bientot pour propos diffamatoire
:D
Tout homme monogame est un polygame refoulé...
Avatar de l’utilisateur
Salimata
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 910
Enregistré le: Lun Sep 10, 2007 2:24 am

Messagepar Mame Diaara » Mar Mar 11, 2008 3:00 am

La raclée pour Rama Yade

La liste PS-Verts-PCF a obtenu 43,56% des suffrages exprimés contre 42,46% à celle de la mairesse sortante UMP Nicole Goueta et de Mme Yade.
Mame Diaara
Avatar de l’utilisateur
Mame Diaara
Madi Kaama naxando
Madi Kaama naxando
 
Messages: 608
Enregistré le: Lun Oct 29, 2007 4:05 pm

Messagepar Salimata » Ven Mar 14, 2008 2:08 am

[align=center]Rama Yade et les droits de l’Homme Franco-palestinien[/align]

jeudi 13 mars 2008

bakchich.info - Deux poids deux mesures. Alors que le Franco-israélien Gilad Shalit, détenu par le Hamas, est l’objet de toutes les attentions à Paris, le cas de Salah Hammouri, Franco-palestinien emprisonné sans raison en Israël, ne semble pas passionner notre délicieuse secrétaire d’Etat.

Pour Rama Yade, face aux droits de l’Homme tous les hommes sont égaux. Sauf qu’il y en a qui sont plus égaux que d’autres. De toutes façons, en matière d’égo, Rama est experte. Le 6 mars dernier, depuis son potager d’Ivry, c’est Jean-Claude Lefort, ancien député communiste qui balance un tir de mortier en direction de la Secrétaire d’Etat. Le sujet qui fait débat, c’est le sort de Salah Hamouri, un jeune Franco-palestinien emprisonné depuis trois ans en Israël, sans qu’aucun motif d’inculpation n’ait été fourni à l’intéressé.

En fait, lors de son arrestation, à l’age de 19 ans, on a reproché à Salah Hamouri d’être passé en voiture devant le domicile d’un militant politique de l’extrême droite israélienne. La plaque d’immatriculation de la voiture du copain avec lequel il roulait a été enregistrée par une caméra vidéo.

« L’invraisemblable légèreté » de Rama

Dans un premier temps c’est Joseph Convert, le président de la section de l’Ain de l’Association France Palestine Solidarité, qui écrit à Rama Yade pour lui signaler ce qu’il estime être un bug des droits de l’Homme qui touche un Franco-palestinien. On peut supposer, bêtement, que pour le gouvernement français, la peau de ce genre de citoyen vaut tout autant que celle d’une Franco-colombienne ou celle encore d’un Franco-israélien (le soldat Gilad Shalit)…

Dans son intervention auprès de Rama, l’ex-député Lefort relève les éléments de réponse fourni à Joseph Convert par le cabinet de Rama Yade. Et s’en indigne : « Mettre deux mois pour répondre à un courrier où l’urgence est en jeu est proprement incroyable face à une situation dramatique. Dans la réponse que j’ai sous les yeux, réponse faite en votre nom, votre chef de cabinet écrit deux énormités qui aboutissent à rendre bien peu crédibles et sérieuses vos actions en faveur des droits de l’Homme. Votre courrier affirme que Salah Hamouri « bénéficie d’une permanence médicale hebdomadaire », ce qui est strictement faux. On ne peut dire et écrire n’importe quoi, madame la Ministre. »

Plus loin le fulminant courrier affirme que l’avocat de Salah Hamouri peut : « introduire une demande de mise en liberté provisoire ». Et Lefort reprend Rama de volée : « Cette démarche est impossible et affirmer cela témoigne d’une invraisemblable légèreté de la part de vos services. »

Annulation en série des audiences

En effet, Salah Hamouri est sous le ressort de la justice militaire. Comme il semble très compliqué de l’incriminer, on le garde en prison sans grief ni jugement. Vingt audiences ont déjà été fixées pour régler le sort du jeune homme. Elles ont toutes été annulées fautes de témoins ou d’éléments tangibles capables de fournir une preuve contre lui. L’objectif de Tsahal est aujourd’hui de condamner le Franco-palestinien pour délit « d’intention » : s’il est passé devant la maison du patron du Shaas, Yossef Ovadia, c’était inévitablement dans la perspective de tuer ce dernier…

Selon Lefort, Rama Yade aurait, également, dû s’étonner de ce que le jeune homme, arrêté en Cisjordanie occupée, ait été transféré en Israël alors qu’il s’agit là, dixit Lefort, d’un acte « contraire à la Convention de Genève. » En concluant son courrier, l’ancien parlementaire, qui a visité Hamouri dans sa taule, gratte où ça fait mal : « comment peut-on exiger d’un côté la libération du caporal Shalit, et de l’autre demander « un jugement rapide » pour Salah Hamouri ? Exigeons la liberté pour les deux ! »

On s’écharpe au Conseil de Paris

Magie : le dossier Shalit, si on le met dans la même pile que le dossier Hamouri, se transforme en patate chaude. Le président de la République, Bernard Kouchner, Bertrand Delanoë, tout ce qui compte dans la politique française demande la libération de Shalit. Mais mettre dans la balance Hamouri, ça casse l’ambiance. La preuve : à la question posée lors d’un point de presse, « la libération d’Hamouri est-elle aussi nécessaire que celle de Shalit », Kouchner a répondu « Nécessaire n’est pas le mot. »

Quant à Delanoë, lui, c’est avec les Verts qu’il s’est cogné au sujet de Shalit. Ne voilà-t-il pas qu’un jour d’octobre dernier, des promeneurs ont découvert étonnés, érigés en grands panneaux dans le parc de Bercy, les portraits des trois soldats israéliens actuellement prisonniers. Trois soldats photographiés en civil. Donc, Shalit et deux autres conscrits qui eux, se sont fait prendre par le Hezbollah. La légende : « Paris attend votre libération » étant incompréhensible pour un citoyen non abonné à Haaretz ou l’Orient le jour.

Cette étonnante exposition a fait du foin au Conseil de Paris. L’élue verte Marie-Thérèse Atalah, étonnée de voir la Mairie demander la libération de soldats d’un pays étranger, en a pris plein la pipe. Les coups sont venus des quatre coins, du PC au Modem, sur le thème : les Israéliens sont des citoyens, les Palestiniens des terroristes. Pierre Shapira, le comptable de Delanoë et élu PS, mettant le dernier clou au cercueil d’Hamouri : « Ce n’est pas au Conseil de déterminer la politique conduite par la ville de Paris. » Moralité, si vous vous faites arrêter, évitez d’être Palestinien.
Tout homme monogame est un polygame refoulé...
Avatar de l’utilisateur
Salimata
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 910
Enregistré le: Lun Sep 10, 2007 2:24 am

Messagepar Modou Mbacke » Lun Mar 17, 2008 1:41 pm

Colombes. La maire sortante UMP et Rama Yade battues

Le candidat de la gauche Philippe Sarre ( ci-contre) a remporté les élections municipales de Colombes (Hauts-de-Seine) face à la liste de la maire sortante UMP Nicole Goueta , où figurait la secrétaire d ’ Etat aux Droits de l ’ Homme, Rama Yade. La benjamine du gouvernement était numéro trois sur la liste de Nicole Goueta, qui avait enlevé la ville aux communistes en 2001.

Résultats définitifs. Philippe Sarre (PS), 53,60 % ; Nicole Goueta (UMP) , 46,40 %.
Mbacke Bala Aïssa
Bientôt marié à Sanaa Lathan

Image
Avatar de l’utilisateur
Modou Mbacke
Madi Kaama
Madi Kaama
 
Messages: 2094
Enregistré le: Jeu Jan 04, 2007 7:03 pm
Localisation: Canada
Sexe: Garçon

Messagepar Mariame Cissé » Lun Mar 17, 2008 7:12 pm

Rama Yade n'a pas réussi à sauver Colombes (Hauts-de-Seine). Numéro trois de la liste conduite par la maire sortante, Nicole Goueta (UMP), la secrétaire d'Etat aux droits de l'homme était censée séduire l'électorat des quartiers populaires dans cette ville de 76 000 habitants qui avait donné une large majorité à Ségolène Royal (54 %) au second tour de l'élection présidentielle. Sa mission a échoué : le candidat de gauche, Philippe Sarre, à la tête d'une alliance PS-Verts-PCF, fait presque aussi bien avec 53,6 % au second tour des municipales. La gauche reconquiert ainsi une commune perdue par le Parti communiste en 2001.

Les résultats du premier tour laissaient pourtant présager un scrutin très serré, les deux listes n'étant séparées que par quelques centaines de voix. Grâce au ralliement du MoDem, qui avait obtenu 8,6 % des suffrages, la maire sortante semblait même disposer de réserves de voix plus importantes. Mais la liste de gauche, qui avait reçu le renfort de ténors socialistes comme Ségolène Royal et François Hollande, a visiblement bénéficié d'une forte mobilisation.

Sur l'ensemble de la commune, la participation est passée de 59,38 % à 66,25 % entre les deux tours. Les deux tiers de cette augmentation ont été comptabilisés dans la partie nord de la commune, là où se trouvent les quartiers populaires et où la gauche obtient traditionnellement ses meilleurs scores. Dans cette zone, des bureaux de vote ont vu le nombre de votants augmenter de 20 % entre les deux tours, permettant au candidat socialiste d'obtenir jusqu'à 86 % des suffrages.

"On partait de tellement loin. La ville était présentée comme perdue d'avance parce que de gauche", a expliqué Rama Yade devant ses partisans rassemblés au premier étage de l'hôtel de ville. "Le combat a été difficile, je le savais. J'ai quand même voulu me présenter", a ajouté la benjamine du gouvernement, sous les sifflets des partisans de la liste de gauche réunis à l'extérieur. Sa campagne avait été marquée par plusieurs incidents, notamment lorsqu'elle avait dénoncé "cette gauche (...) qui s'en prend à moi parce que je suis noire"
http://www.lemonde.fr/municipales-canto ... 87706.html

ça m a fait tellement plaisir

[youtube]http://youtube.com/watch?v=2DPwS85IyHU[/youtube]
Cisséla
Avatar de l’utilisateur
Mariame Cissé
Madi Kaama naxando
Madi Kaama naxando
 
Messages: 442
Enregistré le: Mar Fév 05, 2008 7:38 pm
Localisation: Seattle, Wa
Sexe: Fille

Messagepar Rama Yade » Lun Mar 24, 2008 1:34 am

[align=center]Un jeune Franco-Palestinien emprisonné en Israël : lettre à Rama Yade
[/align]


[align=center]Image[/align]

de Jean-Claude Lefort

Jean -Claude Lefort demande d’agir dans les meilleurs délais pour obtenir auprès des autorités israéliennes, qui foulent aux pieds avec arrogance et en toute impunité les droit de l’Homme, la libération de Salah Hamouri.

Ivry, le 6 mars 2008

Madame Rama Yade Secrétaire d’Etat chargée des Affaires étrangères et des droits de l’Homme 37, Quai d’Orsay 75007 Paris

Madame la Ministre,

Je m’adresse à vous au sujet du jeune franco-palestinien emprisonné sans raison depuis trois ans par Israël, le jeune Salah Hamouri que j’ai tenu à rencontrer en sa prison le 18 février dernier.

Répondant le 25 février à une lettre de Joseph Convert, Président de l’AFPS de l’Ain qui vous a été adressée le 10 janvier – soit près de deux mois après, ce qui est incroyable s’agissant d’une situation aussi dramatique – votre Chef de cabinet écrit en votre nom deux « énormités » qui aboutissent à rendre bien peu crédibles et sérieuses vos actions en faveur des droits de l’Homme.

Il écrit que Salah Hamouri emprisonné « bénéficie » – c’est le mot choisi – d’une « permanence médicale hebdomadaire ». Je ne sais d’où votre Chef de cabinet tient cette « information », en tout cas elle est strictement fausse. On ne peut pas dire ou écrire n’importe quoi, Madame la Ministre, s’agissant tout spécialement d’un cas si douloureux que je suis avec la plus grande attention.

Il écrit également que l’avocate du jeune Salah, Maître Léa Tsemel, peut « introduire une demande de mise en liberté provisoire ». Mais c’est tout simplement impossible et témoigne d’une légèreté invraisemblable de vos services : Salah Hamouri est jugé par un Tribunal militaire et il devrait être connu, à tout le moins, que ce genre de démarche est dès lors strictement impossible. Strictement. Pourquoi et comment votre cabinet peut-il écrire pareilles « âneries » qui marquent une désinvolture insupportable vis-à-vis d’un cas de mise en cause patent et notoire des droits de l’Homme qui touche violemment un jeune citoyen français ? Comment est-ce possible ? Sous la dictée de qui cette lettre qui vous engage personnellement a-t-elle été rédigée ?

Et comme si tout cela ne suffisait pas, la lettre de votre Chef de cabinet n’évoque à aucun moment la seule action attendue et légitime de la France dans ce dossier, à savoir la demande de libération immédiate de Salah Hamouri auprès des autorités israéliennes ? Puisque ni vous ni vos services ne semblent sérieusement au fait de cette affaire très grave de mise en cause patente des droits de l’Homme par Israël, je me dois de rappeler deux choses auprès de vous.

La première, c’est que Salah Hamouri est un jeune franco-palestinien. Comme tout le peuple palestinien il est l’objet d’une occupation étrangère. C’est un civil qui a été arrêté sur sa terre occupée et colonisée et il a été transféré en territoire israélien, en violation des Conventions de Genève. Il ne peut être accepté par principe que la France reconnaisse à un pays occupant le droit de « juger » un membre d’un peuple occupé.

La seconde, même en entrant dans le processus judiciaire, c’est que depuis trois ans il est en prison et toujours pas « jugé » par le Tribunal militaire car il n’y a aucun élément justifiant cette arrestation et cet emprisonnement. Salah a été arrêté trois mois après être passé en voiture devant le domicile d’un rabbin extrémiste notoire : le rabbin Yossef Ovadia qui dirige le parti Shass soutenant le gouvernement Olmert.

Le tribunal militaire – encore une fois – cherche à démontrer que l’appartenance de Salah Hamouri au FPLP est la preuve qu’il avait l’intention d’agir contre ce rabbin qui coule des jours paisibles et n’a été l’objet d’aucune attaque d’aucune sorte, à fortiori de la part de Salah. Depuis trois ans le tribunal essaie d’établir ce délit d’intention à partir de cette appartenance politique supposée de Salah qui n’existe tout simplement pas. De sorte que plus de 20 audiences ont été annulées faute de témoins pouvant accréditer cette thèse. Les témoins annoncés étant des prisonniers il est pourtant facile de les « trouver » mais aucun ne s’est présenté à la barre ! Qu’importe, Salah n’est toujours pas jugé, et s’il devait l’être il risque une peine de 7 ans de prison pour « délit d’intention » !

Et vous avez déclaré, Madame la Ministre, dans un débat au Sénat que « Israël est un Etat de droit » ! Et vous êtes en charge des droits de l’Homme dans le monde. Et vous avez affaire ici à un citoyen français victime d’un arbitraire absolu. Et votre Chef de cabinet raconte des contrevérités. Et vous n’agissez pas pour la libération de Salah Hamouri. Trop c’est trop, Madame !

Je vous demande donc non seulement de demander à vos services sérieux et esprit de responsabilité mais aussi et surtout , je vous demande instamment, pour les raisons indiquées ci-dessus, d’agir dans les meilleurs délais pour obtenir en l’exigeant auprès des autorités israéliennes, qui foulent aux pieds avec arrogance et en toute impunité les droit de l’Homme, la libération de Salah Hamouri.

J’attends que vous me répondiez personnellement à cette lettre et ceci non pas dans un délai de deux mois. Il y a un jeune français de 22 ans injustement emprisonné en Israël qu’il vous revient de sortir de là. Vous ne pouvez pas, sous peine de pratiquer vous aussi un insupportable « deux poids, deux mesures », demander d’un côté la libération du caporal Shalit et de l’autre demander un « procès rapide » pour Salah Hamouri. C’est la libération des deux qu’il convient d’exiger. Ou alors quoi ?

Il ne sert à rien de faire lire la lettre du jeune Guy Môquet dans les écoles françaises si la France adopte aujourd’hui une attitude complice avec une force occupante. Que celle-ci soit israélienne ou autre, il est un principe absolu : les droits de l’Homme ne se découpent pas. Ils sont ou ne sont pas. En l’occurrence ils ne sont pas.

Dans l’attente de votre réponse rapide,

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’assurance manifeste de ma plus grande vigilance démocratique.

Jean-Claude Lefort
Député honoraire


De : Jean-Claude Lefort
Ramata Camara, wesh wesh
« Pourquoi me ferais-je enterrer seule dans un cimetière des Hauts-de-Seine ? ». Ces propos sont signés de Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme en France. Rama Yade fait part de tout son écartellement entre deux cultures, deux pays, la France et le Sénégal.
Avatar de l’utilisateur
Rama Yade
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 912
Enregistré le: Mar Oct 02, 2007 6:41 am

Re: Rama Yade - Actualité de Rama Yade

Messagepar Rama Yade » Lun Avr 07, 2008 12:26 am

Les "conditions" de Rama Yade qui priveraient Sarkozy de JO

Image

Si les mots ont un sens, Rama Yade a tout simplement annoncé samedi dans Le Monde que Nicolas Sarkozy a peu de chances d'être présent le 8 août à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin, comme il l'avait annoncé. Sauf qu'elle en a aussitôt atténué elle-même la portée en démentant avoir employé le mot "conditions" qui figure pourtant bien dans cette interview assurément relue soigneusement par son cabinet avant parution. Bernard Kouchner a été mobilisé ensuite pour recadrer le tout: "il n'y a pas de conditions".

C'était la première fois en tout cas qu'une position française aussi tranchée est annoncée par le gouvernement. Dans une courte interview au Monde de samedi, à deux jours de l'arrivée de la flamme olympique à Paris, la secrétaire d'état aux Droits de l'Homme posait ce qu'elle appellait elle-même des "conditions" pour que Nicolas Sarkozy puisse aller à Pékin représenter non seulement la France, mais l'Europe dont il exercera la présidence tournante. Or, sauf coup de théâtre, ces conditions parraissent difficiles à réaliser:

"La fin des violences contre la population et la libération des
prisonniers politiques, la lumière sur les événements tibétains et
l'ouverture du dialogue avec le dalaï lama".


Sur le premier point, Rama Yade réclame spécifiquement la libération de Hu Jia, le dissident condamné cette semaine à trois ans et demi de prison pour avoir diffusé cinq textes sur un site internet basé aux Etats-Unis, et donné deux interviews à la presse étrangère:

"Nous demandons la remise en liberté immédiate de Hu Jia, qui vient tout juste d'être condamné à trois ans et demi de prison. C'est une vraie déception pour nous, alors que nous avions multiplié les démarches en sa faveur."

Concernant le Tibet, Rama Yade met également la barre très haut, en utilisant un vocabulaire qui risque de faire bondir les responsables chinois: "colonisation", "assimilation", "marginalisation" des Tibétains, "folklorisation" de leur culture... Et de citer le chiffre de 132 moines emprisonnés en 2007 "pour motifs politiques".

Un revirement de la position de l'Elysée en forme de pari risqué

Ces propos sonnaient comme un défi à la Chine, puisque la position de Pékin est restée inflexible depuis les événements, qui ont commencé le 10 mars par des manifestations de moines, ont culminé le 14 mars avec une éruption de violence anti-Han de la part de la population de Lhassa, et continuent par des incidents violents comme ceux du Sichuan il y a quelques jours -la police armée du peuple a de nouveau ouvert le feu, faisant plusieurs morts selon des sources tibétaines.

Pékin a sa version des faits, largement répandue dans la population, blamant un petit groupe de Tibétains instrumentalisés par la "clique du dalaï lama", et qui ont attaqué des personnes et des biens chinois à Lhassa. Pas vraiment la préparation à l'ouverture du dialogue "réellement constructif" que la secrétaire d'état appelle de ses voeux.

Rama Yade a-t-elle tenu ces propos parce que le gouvernement chinois a donné des indications qui permettent d'envisager un tel scénario? Ou le gouvernement a-t-il simplement pris la mesure des dégats politiques que représenterait pour Nicolas Sarkozy sa présence à des Jeux aussi controversés, comme le montre déjà l'agitation autour du passage de la flamme à Paris lundi?

On pouvait initialement imaginer, à la lecture du Monde, que, après s'être fait taper sur les doigts pour sa sortie sur la visite de Kadhafi, Rama Yade ait obtenu l'imprimatur de l'Elysée pour de telles déclarations. Les démentis et la confusion en cascade dans la journée montrent que c'est toujours plus compliqué et, seul Bernard Kouchner pouvait déclarer samedi soir sur France2: "tout ça est parfaitement clair"...

Vers des concessions de circonstance de la part de Pékin?

On ne peut pas exclure, toutefois, que Pékin, tout en maintenant une façade intraitable, ne soit prêt à quelques mesures spectaculaires pour désamorcer la "bombe" des JO, à commencer par la libération de Hu Jia, qui aurait ainsi été condamné... pour mieux le grâcier dans la foulée. Cet asouplissement passerait aussi par une amorce de dialogue avec des émissaires du dalaï lama, ce qui ne coûterait pas trop cher à la Chine, et lui permettrait de montrer sa bonne volonté.

Le premier ministre chinois Wen Jiabao a d'ailleurs lâché une petit phrase sybilline lors d'une visite au Laos, pour dire que les voies du dialogue n'étaient pas totalement rompues.

Mais ce scénario reste pour l'instant totalement spéculatif. L'heure reste à la fermeté, face au Tibet, face au Xinjiang, face aux dissidents, et face à ceux qui, dans la communauté internationale, envisageraient de boycotter ne serait-ce que la cérémonie d'ouverture. Pékin a récemment affirmé qu'ils le paieraient, sans doute en contrats commerciaux dont on sait qu'ils sont "chers" par les temps qui courent. A suivre donc...

► Mis à jour le 05/04/2008 à 17h45, après le communiqué de Rama Yade samedi après-midi:

"Je tiens à indiquer que, lors de l’entretien que j’ai donné à un journaliste du Monde, pour son édition du 6 avril 2008, le terme de "conditions" n’ a pas été employé. Comme depuis le début de la crise au Tibet, j'ai veillé à exprimer la position de la France en termes précis. Le président de la République a déclaré que toutes les options sont ouvertes, qu’il se prononcera, le moment venu, en fonction de l’évolution de la situation au Tibet quant à sa participation à la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques."

Premier recul? Des regrets face à un mot de trop?... A suivre...

http://www.rue89.com/chinatown/les-cond ... kozy-de-jo
Ramata Camara, wesh wesh
« Pourquoi me ferais-je enterrer seule dans un cimetière des Hauts-de-Seine ? ». Ces propos sont signés de Rama Yade, secrétaire d’Etat chargée des affaires étrangères et des droits de l’homme en France. Rama Yade fait part de tout son écartellement entre deux cultures, deux pays, la France et le Sénégal.
Avatar de l’utilisateur
Rama Yade
Safannan Xooré
Safannan Xooré
 
Messages: 912
Enregistré le: Mar Oct 02, 2007 6:41 am

Re: Rama Yade - Actualité de Rama Yade

Messagepar Pape » Lun Avr 07, 2008 10:59 am

quelle fessée pour notre rama yade nationaliséee :wink: :wink: :wink:

Image
Avatar de l’utilisateur
Pape
Madi Kaama tuguné
Madi Kaama tuguné
 
Messages: 129
Enregistré le: Mar Sep 05, 2006 12:47 am

Suivante

Retourner vers Forum entre Filles - Soninké

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 6 invités