Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara

Alerte : Des immigrés africains à la retraite, victime de nouvelles lois discriminatoires

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
discrimination-jpg

Nouvelles lois sur le renouvellement des cartes de séjour, délais de renouvellement longs… Les immigrés africains à la retraite rencontrent de plus en plus de difficultés en France. Malgré les années de dur labeur et des cotisations dans les mille et une caisses du trésor public français, ils sont victimes de discrimination. Les uns supportent des délais très longs pour renouveller leurs cartes de séjour tandis que d’autres sont tout simplement « dépossédés » de leur carte de séjour avec une menace d’expulsion à la clef. Quelques informations utiles données dans cette vidéo par Birahim CAMARA, juriste.

COMMUNIQUE DE PRESSE : Initiative d’organisation de l’espace SONINKARA pour son émergence

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
ReunionSoninkara_122014

La communauté de France s’est réunie ce samedi 27 décembre 2014 à 15h30 au 61 rue de Charonne dans le 11ème arrondissement de Paris, sous l’impulsion d’un comité d’initiative. Malgré le froid et la distance, plus d’une vingtaine de villages et de villes de l’espace Soninkara, ont été représentés par des responsables d’associations, des hommes de culture ou autres personnes ressources. Cette grande rencontre avait pour objectif de réfléchir sur la nécessité de mettre en place une organisation permettant de créer un espace viable pour non seulement promouvoir la culture, l’identité et la langue mais surtout pour le développement d’activités économiques, sources d’emplois sûrs et créateurs de richesses durables dans l’esprit des pôles territoires.

Rappelons que les mauvaises conditions climatiques associées à l’absence de véritables politiques publiques pour le développement des régions orientales du pays, en occurrence Kédougou, Tamba Counda et Matam ont engendré de graves problèmes d’exode rural. Cette situation peine encore à trouver une solution durable malgré l’engagement politico-économique des gouvernements successifs et les investissements importants des émigrés à travers des projets associatifs villageois. C’est pourquoi, les ressortissants ont décidé de s’organiser afin de mettre en place un espace structuré pour l’émergence de leurs terroirs.

Dossier : Pourquoi les retours des immigrés Soninké dans les pays d’origine ont perdu toute « saveur »…

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
air_senegal

Le retour au bercail est un moment de joie intense. Des fournis dans les jambes, un cœur qui bat à la chamade, telles sont les différentes sensations. L’on est même tenté de paraphraser Joachim Du Bellay :

Heureux qui, comme Soninkalémé, a fait un beau voyage,
Ou comme « Safarana » qui prit congé de Marianne,
Et puis est retourné, plein de joie et de présents,
Vivre entre ses parents le temps d’une rose !

Que de retrouvailles chaleureuses ! On retrouve la chambre maternelle, témoin d’une enfance « dorée »,sanctuaire de souvenirs. Selon le nombre d’années d’absence, on découvre de nouveaux visages .

Des bouts de bois de Dieu curieux cherchant à identifier « l’intrus » du jour, de belles sœurs au regard fuyant, des visages émaciés par la vieillesse, de jeunes adolescents au regard défiant. Les premières heures sont teintées de solennité. Quand on y débarque avec une petite famille, l’instant est unique. D’un côté, une famille heureuse de retrouver un « compartiment » de son ossature. De l’autre côté, une famille contente de mettre un visage sur des noms entendus mille et une fois dans les chaumières de Marianne. Les enfants deviennent l’attraction de la journée. Elles retrouvent une ribambelle de tantes et d’oncles prompts à les recueillir  et à les bercer. Les visages sont radieux de part et d’autre.

L’EMPIRE DE GHANA (WAGADOU)

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
empire

Fondé dans au début du premier millénaire de notre ère sur les territoires des actuels Mauritanie et Mali par les ancêtres des actuels Soninkés, Ghana est considéré comme le premier empire d’Afrique de l’Ouest. Sa renommée a notamment conduit le premier président du premier pays africain décolonisé, Kwame Nkrumah, à utiliser son nom pour nommer la république du Ghana.

Par Sandro CAPO CHICHI / Nofipedia

Origines

L’histoire de l’empire de Ghana nous sont connues par les textes des auteurs arabophones médiévaux, par la tradition orale et l’archéologie. Ghana est mentionné pour la première fois vers la fin du 8ème siècle de notre ère par l’érudit . Il y est décrit comme ‘pays de l’or’. Bien que Ghana soit toujours donné comme nom au pays et à sa capitale par les écrivains arabophones comme al-Bakri au 11ème siècle, il n’est que le titre donné au roi. Le véritable nom de l’état de Ghana selon al-Bakri serait Awkar, qui a été rapproché d’une actuelle région de Mauritanie, mais qui pourrait être une déformation du nom . Ce dernier est le nom d’un royaume ancestral des Soninkés connu à partir de leur tradition orale. Cette dernière fait venir les fondateurs de Wagadou de l’est et parfois plus clairement de la ville de Sonna, décrite comme correspondant à la ville d’Assouan de l’époque de l’Egypte pharaonique sous la conduite d’un certain .

Le supplice des retraités africains : difficultés pour renouveler leur carte carte de séjour. Le sociologue Mamadou Dème fait des propositions concrètes.

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
retraités-africains-300x243

Le sociologue Mamadou Dème, spécialiste de la question des immigrés est très en colère suite à l’idée émise par le consul général du Sénégal à Paris pour discuter avec les autorités françaises sur une carte de séjour des retraités. Le sociologue  et du parti leader de Kisal Sénégal a montré les limites de nos représentations diplomatiques dans l’Hexagone. A travers cette réplique M. Dème situe le danger de cette carte  et fait des propositions concrètes.

Les ressortissants sénégalais en France retraités sont confrontés à un dilemme et à un piège liés à la permanence de la régularité de leur séjour en lien avec leurs désirs d’aller enfin se reposer comme cela se mérite auprès de leurs familles qui sont restées au Sénégal.

 Si leur carte de séjour ordinaire leur permet de résider de manière continue pour une période strict de trois ans,leurs situations administratives deviennent caduques au delà des trois ans hors du territoire français conformément aux dispositions de la loi CESEDA

Ils parlent ourdou, tibétain, hindi, soninké, penjâbi, créole…

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
il parle

Ils sont dix-sept adolescents à partager leur classe d’élèves non-francophones au collège Garcia-Lorca pour presque autant de nationalités différentes.

S’il est un collectif pour incarner la diversité, c’est bien la classe de Mélanie Ory. 16 nationalités pour 17 élèves, âgés de 11 à 16 ans. Arrivés en France les uns depuis quelques mois, les autres depuis un ou deux ans, ils composent au collège Garcia-Lorca ce que l’Éducation nationale appelait naguère une CLIN (classe d’initiation) et qu’elle a rebaptisé UP2A, unité pédagogique pour élèves allophones arrivants.

Autrement dit, pour de jeunes nouveaux venus sur ce territoire dont ils ne maîtrisent pas encore la langue (1). En tout cas, dans la classe de Mélanie, ce mardi matin, l’usage du français, même approximatif, révèle un fabuleux fourmillement culturel. C’est d’ailleurs l’ambition de Patrimoine en partage, conçu pour les UP2A de Seine-Saint-Denis par l’association Patrimoine sans frontières avec les services académiques. Mélanie Ory y avait pris part dès son lancement l’an dernier. En renouvelant l’expérience, elle retrouve Tiphaine Mérot qui est venue ce jour-là en animer la troisième séance.

Plan Soninké Emergent : En perte de vitesse dans l’immigration et submergés par « le mal du pays », les Soninkés cherchent les voies et moyens pour redonner corps et âme à leurs contrées.

Vous êtes ici : Accueil de Portail Soninkara
Soninkara_emergent

Les Soninkés sont des voyageurs dans l’âme. Depuis des siècles, les Soninkés « bourlinguent » à la recherche de subsistance pour nourrir familles et proches. Véritables chasseurs de devises, ils se caractérisent par leur solidarité légendaire. Quel que soit le pays d’immigration, les Soninkés optent pour la vie en communauté et créent une chaîne de solidarité et d’entraide. Une façon de « reconstruire » le village où qu’ils puissent être. Qu’ils soient du Sénégal, du Mali, de la Mauritanie, de la Gambie, les Soninkés partagent la même langue et la même culture. En terre d’immigration, ils restent fortement attachés à leurs « régions d’origine », une identité particulière qui constitue une passerelle vers le cousinage à plaisanterie. Une richesse du monde qui permet de raffermir les liens et de vivre paisiblement.

Les régions Soninkés sont à cheval sur plusieurs pays. Le Gajaaga s’étend de Gandé, en terre Sénégalaise à Kéniou, en terre Malienne. Le Hayré regroupe plusieurs villages sénégalais et mauritaniens. Le Guidimakha est constitué de villages Maliens et Mauritaniens. Au Mali, on dénombre d’autres régions comme Diafounou, Kaarta, … Toutes ces régions ont l’avantage de polariser plusieurs villages au destin commun. Elles sont toutes fortement représentées en Europe. Ils vivent en parfaite harmonie en Europe, en Amérique et en Asie. Les nationalités disparaissent au profit d’une seule identité : « Soninkara » ( le monde Soninké).

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522