Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30

Us et Coutûmes Soninké,le rituel de mariage Soninké: la tradition menacée 3ème partie

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30
diawara 2

Chez les , la virginité avant l’union de deux êtres a toujours été une valeur fondamentale, un gage de pudeur, de fidélité et aussi de chasteté. Mais aujourd’hui, avec la libération des mœurs, elle est reléguée au second plan pour finir par n’être plus qu’un fantasme. Pis, elle divise jeunes et vieux.

« Personnellement, je trouve que la virginité doit être une obligation avant le mariage. C’est une très belle preuve d’amour et de patience, de la fierté, de l’estime de soi, un respect des mœurs religieuses », estime Abibatou Diakhaté, animatrice des collectivités éducatives. Abondant dans le même sens, Coumba soutient qu’avoir une sexualité avant le mariage est contraire à ses principes et à sa religion. « Je tiens beaucoup à ma virginité, quitte à rester seule jusqu’à la fin de mes jours ». Comme Abibatou et Coumba, elles sont nombreuses ces filles à penser que la virginité est le meilleur cadeau qu’elles puissent offrir à leur époux.

Us et Coutûmes Soninké,le rituel de mariage Soninké: la cérémonie 2ème partie

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30
mariage-soninke

Après l’acceptation du , le père de la fille renvoie les émissaires de la famille du prétendant auprès des dames qui s’occupent de tout ce qui est question de dépense. À partir de cet instant, les choses sont prises en main par la mère de la future mariée. Les deux familles se rencontrent ensuite et, du côté des femmes, pour le , qui marque la fin des fiançailles. Il s’ensuit le versement de la dot qui est une vieille tradition pratiquée depuis la nuit des temps et qui conditionne l’alliance matrimoniale. Les deux familles négocient pour arrêter la somme que le prétendant aura à verser pour pouvoir épouser sa fiancée. Ce qui rend la dot si importante pour le mariage chez les ou partout ailleurs, c’est qu’elle est synonyme d’union de deux familles. Aujourd’hui, elle est exposée aux abus du monde moderne. Son prix a fortement évolué dans le temps et s’élève maintenant à des sommes astronomiques. L’émigration est passée par là et a créé une très forte inflation. En plus du montant faramineux, du matériel électroménager, un écran plat, des téléphones, etc., sont exigés.

Us et Coutûmes Soninké: le rituel du mariage Soninké 1ère partie

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30
mariage-soninke

Au Sénégal, comme partout ailleurs, le mariage est perçu comme un évènement familial de grande envergure. Il est célébré joyeusement. En pays soninké, les coutumes relatives à sa célébration peuvent être différentes d’une localité à l’autre, mais elles disposent toutes de points communs que sont le (la recherche), le (le franc symbolique) et le (l’accord définitif de mariage) qui précèdent les festivités. Si aujourd’hui certains jeunes tiennent à respecter les traditions, héritage qu’ils essaient de conserver jalousement, la modernité gagne du terrain et constitue une sérieuse menace.

Sculpture soninké du 13ème siècle au Plateau de Bandiagara

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30
Sculpture soninke

XIIIe siècle , Mali Bois H. 68 cm Musée du quai Branly 73.1977.6.1

Etudiant le style de plusieurs cavaliers en terre cuite issus du delta intérieur du Niger et datés des XIIIe-XVe siècles, Bernard de Grunne a remarqué en 1987 que certains comportaient sur les tempes, comme cette sculpture, une série de scarifications indiquant que ces œuvres représenteraient des Soninké venus avant le XIIIe siècle du sud du Mali dans la région de . Ces Soninké connaissaient en effet le cheval et, contrairement aux , les sacrifiaient. Le bois de cette figure a été daté du XIIIe siècle.

Emigration-Usurpation d’identité: il vend les papiers français sa soeur à une autre

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 30
passeport-francais

Accusé d’avoir vendu les papiers de sa sœur qu’elle a fait passer pour morte, un agent à la a été déféré au parquet en compagnie de la présumée usurpatrice.

En vacances au Sénégal depuis le 4 août dernier, la dame R. S risque de prolonger son séjour au pays contre son gré. Car, cette jeune mère vit en France depuis 2007 sous une fausse identité. Il s’agit de celle de Kh. O. . Le 1er décembre 2010, lorsqu’elle s’est rendue à l’ pour obtenir un passeport, grande est sa surprise lorsque les autorités consulaires lui font savoir que son identité était déjà utilisée par une autre personne vivant à Montreuil, en région parisienne. Intriguée, elle n’en croit pas ses oreilles et déclenche ses propres investigations.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522