Vous êtes ici : Portail Soninkara » Actualité » Kumbi Saleh, la Capitale de l’empire du Ghana

Kumbi Saleh, la Capitale de l’empire du Ghana

carte-wagadou

était le nom de la capitale de l’empire du Ghana. Il y avait deux communes séparées de 6 kms. L’une était habitée par les musulmans et était très étendue avec 12 mosquées dans lesquelles les musulmans priaient.

L’autre commune était habitée par les non musulmans et était appelée « EL-Ghaba », qui signifiait  » Les bois « . Ce nom avait été donné parce qu’il y avait des bois à proximité dans lesquels les personnes décédées étaient enterrées. Le roi résidait à « El-Ghaba » et avait un magnifique palais qui était fait de pierres et de bois. Il y avait une grande mosquée dans le palais, dans laquelle les ministres musulmans, les serviteurs civils et les visiteurs du roi priaient. De grandes et splendides décorations, fresques, sculptures et vitraux entouraient le palais. Autour du palais, il y avait un nombre important de maisons en forme de dômes dont les murs étaient faits de boue et les toits de chaume. D’après , il y avait autour de la ville des puits d’eau douce et potable que les habitants buvaient et utilisaient pour la culture des légumes. qui avait voyagé autour du monde dans ces temps, disait :  » c’était l’une de plus grandes et des plus populaires villes du monde « .

Les Rois

Le roi était très respecté par ses sujets. Les visiteurs étaient toujours impressionnés par l’énorme richesse déployée et les cérémonies organisées lors de ses apparitions publiques. El-Bakri notait dans son livre  » Kitab al Masulik mamlik « ,  » le roi s’ornait lui-même comme une femme portant des colliers et des bracelets. Quand il siégeait devant les gens, il posait devant lui une cape décorée d’or et drapée de turbans en tissus fins. La cour d’appel se tenait dans un pavillon en forme de dôme, autour duquel dix chevaux étaient couverts d’or. A sa droite se plaçaient les fils des rois subordonnés…tous portant de splendides ornements, les cheveux pleins d’or. Sur le sol autour de lui étaient assis ses ministres, le maire de la ville était assis devant lui. Des chiens, d’un fin pédigré, gardaient les portes de la cour, portant des colliers d’or et d’argent. Devant la cour, il y avait un pilier en or, auquel on attachait son cheval. L’audience royale était annoncée par le battement du tambour…quand les gens se rassemblaient, un religieux s’approchait, sur ses genoux, arrosant les têtes de poussière comme marque de respect, tandis que les musulmans frappaient dans leurs mains comme signe de rassemblement « .

Quand un roi décédait, une case était érigée, dans laquelle on plaçait son corps, sur un lit, avec des tapis et des couvertures. Près du corps, des ornements, des armes et de la nourriture étaient déposés ainsi que des coupes et des plats utilisés de son vivant. Certains de ses cuisiniers et serviteurs restaient dans la case près de lui. Finalement les gens recouvraient entièrement la cabane avec des nattes et posaient de la terre dessus jusqu’à former un grand tertre . Un fossé était creusé autour du  » tertre « . Parfois après, des sacrifices étaient réalisés au moment de la mort du roi, et des boissons offertes à la mémoire des esprits des ancêtres.

D’après El-Bakri, la succession du roi était héréditaire par les liens maternels. « Il était de coutume et d’habitude que le royaume héritait seulement du fils de la sœur du roi… le roi n’avait aucun doute que son successeur était le fils de sa sœur, mais en revanche, il n’était pas sûr que son fils était en fait son propre successeur. Il ne comptait pas sur l’authenticité de ses relations « .

D’après , qui visita l’empire du Ghana en 977 après J.C., le roi du Ghana était le plus riche du monde grâce à son or. Le roi était si riche que chacun de ses chevaux portait des habits d’or pesant 15 kg, comme le rapportait El-Idrisi en 1154 après J.C.. Mahmud Kati écrivait dans son livre  »  » en 1519 que le roi avait des milliers de chevaux qui ne dormaient que sur des tapis, attachés par des cordes en soie. Chaque cheval avait 3 intendants personnels et était surveillé comme s’il était lui-même roi. On disait également que le roi pouvait inviter des dizaines de milliers de convives lors de dîners publics.

Beaucoup de rois avaient établi des lois dans l’ancien empire du Ghana, mais peu d’écrits ont été retrouvés. Il y avait Basi, qui était arrivé au trône à 85 ans. C’était un grand homme et très gentil avec ses sujets et hospitalier avec ses visiteurs. Avant sa mort, il avait perdu la vue, mais il arrivait à cacher son handicap à ses sujets et leur faisait croire qu’il voyait parfaitement. Il commentait tout, ce qui était beau ou affreux de nature. Afin de tromper les gens, il conspirait avec ses ministres, qui lui indiquaient les commentaires appropriés aux situations grâce à des codes secrets, indéchiffrables par les gens. Tekanemin succéda à Basi.
 

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522