Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20

Commune de Diawara: construction prochaine d’un Lycée Professionnel

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20
samba-yougo

L’association COREDIA est en mesure de porter à la connaissance des citoyens, la construction d’un à , grâce aux démarches entreprises récemment par le député des Sénégalais de l’Extérieur, M. KOÏTA, originaire de la commune de (département de ), auprès de M. Mamadou Talla (Ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat).

Ce vendredi 8 novembre, lors des commissions à l’Assemblée nationale, le ministre Mamadou TALLA a apporté au député Samba KOÏTA des précisions quant au financement et la date de démarrage des travaux. Le financement du volet construction du projet s’élève à plus 250.000.000 francs CFA, avec un démarrage dans les mois à venir, dès que la question de l’emplacement sera réglée par la municipalité de Diawara. L’équipement en matériels et autres, fait l’objet d’un second financement que n’englobe guère les 250 millions francs CFA

Bokidiawé: les habitants lancent une pétition par manque de medecin

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20
Bokidiawe-ADMVB

est devenu un désert médical et pousse les populations à lancer une pétition pour l’affection immédiate d’un médecin. D’aucuns savent qu’un pays ne peut pas se développer sans une vraie politique de santé publique. Etant donné que l’état hyper centralisé du Sénégal délaisse les populations de l’intérieur, il n’est pas rare de voir ces dernières créer des associations et nouer des partenariats avec des partenaires et mener à bien des projets utiles et concrets comme la construction d’écoles, de bibliothèques ou de postes de santé. C’est ainsi que les enfants de Bokidiawé à travers leur association , ont construit un poste de santé à BOKIDIAWE. Ce poste de santé très moderne a coûté plus de 108 millions de FCFA soit plus de 165 milles euros. Ce gros projet a été mené par les ressortissants de Bokidiawé  l’ADMVB (Association pour le Développement et la mise en Valeur du village de Bokidiawé) et leur partenaire du Programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement ().

Bakel: Djibril KONATE, victime d’un saccage indescriptible de son champ de pastèques

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20
djibril-konate-champ-pasteque-bakel

Décidément s’ériger en sentinelle à devient suicidaire. Il est de notoriété publique que combat toute forme d’injustice à Bakel depuis quelques années, et cela de manière pacifique. Combattant de causes communes, il ne ménage aucun effort pour s’insurger contre les injustices aussi bien sur le terrain social que politique. Malheureusement, son engagement pour la collectivité commence à déranger dans plusieurs chaumières bakéloises. Et c’est peu de le dire.

Samedi matin, comme à son habitude, il se rendit à son champ de pastèques. Ce même champ qui fût détruit en partie par l’exploitation minière de M. Mapathé DIOUCK. D’ailleurs, Il avait saisi les autorités compétentes à cet effet pour demander réparation. Mais, cette fois-ci, l’homme est victime d’ennemis invisibles. Il a failli faire une crise cardiaque face au spectable qui s’offrait à ses pupilles.

Récits du griot Soninké Hamé Dramé: Le siège de Woyitala, Part 3

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20
Doucoure de Gory au Diafounou

«O ku ga ñi Fuuta, o na kollangan ya soxono, o na mangañen r’a yi, a na siro a nda moyi o n’a fata, o yaqun n’a ña futon ŋa o n’a yiga. An n’a faayi toxo ke be Alla ga d’a xalif’an ŋa, gell’a ga d’a boos’an ŋa o na saage dagana gelli sere ga m’o ku teenun soxo Fuuta. Yaala sere ra wa gilli Fuuta nan daga hiiji kinbakkan ŋa tañeru, an na Alla ñaaga a na jahadun kin’an ŋa, jin gundon ga nt’an maxa ? Ken ra nta ñaana an ma deliilu koy’o yi.»

– Quand nous étions au , nous cultivions les champs. Nous y cultivions du mil et le récoltions. Nos femmes en faisaient du couscous. Si Dieu a repris le Nom qu’IL t’avait révélé, dis-le nous avant que les personnes restées au ne cultivent nos champs, dit .  Comment un marabout ayant fait sept pélérinages à la Mecque et qui a demandé la guerre sainte, Dieu ne lui aurait-il pas donné le secret de l’eau ? Montre-nous quelque chose, sinon nous retournerons sur nos pas.

Récits du griot Soninké Hamé Dramé: Le siège de Woyitala, Part 2

Vous êtes ici : Portail Soninkara » Page 20
Hame Drame

Siixu Umoru ga giri Fuuta nan ri Woyitaala raqen raga, a ga ri fanŋen ŋa a da fuura gumun tirindi nan ti i na ko baane da yere? I ti i na ya da. A ti i n’i karandi, i ti i ra nt’a yi i ga m’a ko Ali da. I dag’a ko Ali da, a d’i tirindi ti : «A gollen ni manne yi?» I ti: «Moodin ya ni, gubunlenmen do kitaaben w’a maxa, mutagga xullen fanamanten wa yinmen ŋa.»

Le marabout Tall quitta le et viens faire le siège  de pour déloger le roi insoumis bambara nommé . Quand son armée arriva au bord du fleuve, il demanda aux populations de les faire traverser. Ces derniers refusèrent car il leur faut l’accord du roi Ali. Ils allèrent demander l’autorisation à Ali et ce dernier leur demanda l’identité des étrangers au bord du fleuve Niger (Djoliba). Ils lui dirent que c’est un marabout avec un turban tout blanc et le coran.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522