Coopération Yélimané-Montreuil: l'autosuffisance alimentaire, clef d'un avenir meilleur

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
La majorité de ces émigrés sont originaires du cercle de en première région. Quoi donc de plus normal que les deux localités développent des relations privilégiées d’amitié et de coopération ?
Depuis quelques jours, une délégation conduite par le député-maire de Montreuil, Jean Pierre Brard, séjourne dans notre pays dans le cadre du lancement d’un important projet de développement destiné à fixer les jeunes de Yélimané dans leur localité et favoriser le retour des immigrés qui désireront revenir au pays.

A cette occasion, l’ambassadeur de France au Mali, Nicolas Normand, a offert mardi une réception à sa résidence. On y notait la présence de membres du gouvernement et de représentants des institutions de la République.

Depuis 1985, le cercle Yélimané est jumelé à la commune de Montreuil. Il y a quatre ans, dans le cadre de la coopération décentralisée, les autorités municipales de Montreuil ont initié avec les ressortissants de Yélimané un important projet de développement de la riziculture dans le cercle.

Lors de la réception, l’infatigable maire, Jean Pierre Brard, appelé affectueusement « le chef de village » ou, plus simplement, « le Malien », par la forte colonie malienne qui réside dans sa commune, a expliqué les objectifs du projet, avant de souligner son désir de faire comprendre aux parents de ceux qui vivent en France, que son pays n’est pas forcement l’Eldorado pour eux. « Pensez-vous qu’il est décent de vivre à 5 ou souvent 10 personnes dans la même chambre, sans compter le froid et d’autres obstacles sociaux ? » lance-t-il quand on lui pose la question sur les conditions de vie de nos ressortissants.

Malgré tout, les Maliens vivent dignement là-bas ajoute l’édile. C’est pourquoi, estime-t-il, il faut impérativement créer les moyens de garantir un avenir meilleur pour ceux qui veulent en saisir l’opportunité dans leur pays natal.

Le Projet d’appui au développement durable de Yélimané (PADDY) a été mis en place par le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation (FAO), les gouvernements français et maliens, la mairie de Montreuil et le cercle de Yélimané avec l’aide d’experts vietnamiens en riziculture. D’un coût d’environ 7 milliards de fcfa, il vise à réaliser des infrastructure et des équipements au profit des populations locales pour les conduire vers l’autosuffisance alimentaire.

Quelques heures avant la réception à l’ambassade de France, la délégation avait été reçue par le président de la République Amadou Toumani Touré qui a assuré le projet de son soutien total. En fait, l’adhésion du chef de l’État était acquis depuis 2002 lorsqu’il avait parlé du projet avec le député-maire de Montreuil à l’occasion d’une visite officielle en France.

La contribution de l’État qui s’élève à près d’un milliard de fcfa a reçu l’aval du président Touré. Un geste qui n’a pas surpris Brard qui connaît l’intérêt porté par le chef de l’État aux conditions de vie des Maliens en France. Et le député-maire de rappeler cette phrase d’ATT lorsqu’il l’avait reçu chez lui il y a deux ans : « Je vous confie mes compatriotes et ils sont sous votre protection ».
La délégation est partie hier pour une visite de terrain et compte de faire de celle-ci l’ultime étape du processus de mise en oeuvre du projet.

http://www.essor.gov.ml/

Posté   le 07 Dec 2006   par   doudou

Share.

About Author

Comments are closed.