Récits du griot Soninké Hamé Dramé: Arrivée de Tidiani à Hamdallaye, Partie 7

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

I ke ni komen ya i wa diinan di, tanjikke yidanxare botonten w’i maxa. Kame sogone wuno w’i ya. I wa diina ke di, yugo be ga na yaada axa n’i xiri i n’a katu. I ke haaju feti salliji bito sikki. I ke do an ga nta me kanma yinme i nt’i teŋen roono ñiiñen ŋa. Tijani ga toxo taaxunu, a ti: «Baaba.» A ti: «N naamu.» A ti: I ke Tijaani Aamadu Tijaani sallijin n’i maxa arijuma do arijuma ya yi.

dit:

– Je suis un esclave, je possède trente gourdins percées autour de ma taille. Le pantalon bouffant que je porte mesure cent coudées de tissu. Si quelqu’un outrepasse, appelle-moi et je vais le corriger. Tes histoires d’ablutions ne me regardent pas. Si je n’étais pas avec toi, je ne poserai pas mon front par terre.

qui était assis dit à son oncle:

– Père, je garde mes ablutions d’un vendredi à un autre sans interruption.

Baawo xenqon w’a bonondini in nta xenxene, na wandi yaqen faayi ta sikko a w’a bonondini in nta ken ñaana, nan soyi a w’a bonondini in nta ken ñaana, ta duuru terenden w’a bonondini in nta ken ñaana, digan kabanta konŋen w’a bonondini in nta ken ñaana, yiganden ga nt’in raqen di kanbadosaaden ya n’a yi.

Le sommeil altère les ablutions et je ne ferme pas les yeux. Je n’ai pas regardé avec insistance une femme d’autrui. L’éclat de rire altère les ablutions, je ne ris pas aux éclats. Marcher pieds nus rend caduque les ablutions, je ne marche jamais pieds nus. Les mauvaises paroles altèrent les ablutions et je ne profère pas de mauvaises paroles. Si je ne mange pas, j’ai toujours un cure-dents dans la bouche.

Yaxanbaane ke taaxu jeyidaane kanma. Si yaxaren ya n’a wuyin ŋa xaaxu tanmi do baane, mexen w’a yi, a ma renme saara abada. A toxo dagana ma a ga riini saare Hamudallayi kanfallun ŋa. Tijani jigi-jippi ya. A d’i doronmen ña n’a safa tageyen ŋa «asalamu aleyikum.» Aamadu taaxunten ga jaman noxon ŋa a xa da kuuñinden saagandi.

Tidiani sauta sur sa monture, une jument de onze hivernages qui n’a jamais eu de portée . Quand Tidiani arriva sur les murailles de , il descend et écrivit sur le mur « Que la paix soit avec vous ». entourée des peuls de , répondit « Que la paix soit aussi avec toi ». Les gens lui demandent pourquoi il répond comme si quelqu’un l’a salué. leur répondit qu’un étranger qui est à l’entrée de  vient de saluer.

Tijani ri sigi jaman ŋa, a ma sere kuuñi. Aamadu ti Maasinankon n’a kuuñi. I ti i nt’a kuuñini, baawo mukken ya ni a ri a ma sere kuuñi. Aamadu ti: A kuuñindi, a ga tageyen falle i ke d’a ñumi. Jama axa d’a kuuñi. I ti i nt’a kuuñini. A ti Tijani da: «Bisimilla.»

Tidiani entra à Hamdallaye sans saluer qui que ce soit. Amadou demanda aux gens du Macina de saluer l’étranger. Les gens dirent qu’ils ne vont pas le saluer car l’étranger est venu sans saluer qui que ce soit. Amadou leur répondit que l’étranger a déjà salué dès l’entrée de Hamdallaye et je l’ai répondu. Ils ne voulurent pas le saluer. Amadou dit à Tidiani : « Bienvenue ».

Share.

About Author

Comments are closed.