Affaire du Juge du Cercle de Yélimané: Une procédure disciplinaire est ouverte

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Cercle de YélimanéDans l’affaire dite du juge de Yélimané, une procédure disciplinaire vient d’être ouverte il y a quelques jours. Face à cette nouvelle donne, le principal interpellateur sur la question, l’honorable Mamadou Awa Gassama, dit avoir entière confiance en la justice de notre pays tout en réclamant cependant que les victimes de la cupidité du juge soient remises dans leurs droits, à travers un juste dédommagement. Certains d’entre eux sont d’ores et déjà présents dans la capitale sur convocation de la Cour suprême.

L’affaire dite du juge du Cercle de Yélimané, qui a défrayé la chronique en son temps, connaît un nouveau rebondissement depuis quelques jours. En effet, après l’affectation du magistrat incriminé à Koutiala, une procédure disciplinaire vient d’être ouverte à son encontre le lundi 24 juillet dernier. Quant au député interpellateur de Mme la ministre de la Justice et Garde des Sceaux sur la question, l’honorable Mamadou Awa Gassama, élu dans la circonscription de Yélimané, il ne fait pas mystère de sa confiance aux institutions judiciaires de notre pays. L’essentiel étant cependant pour lui la mise dans leurs droits des victimes du juge, à travers notamment le remboursement de leur dû. A cet effet, il soutient avec une bonne dose d’optimisme : «Je fais confiance aux autorités judiciaires. Ma préoccupation est que les victimes, à savoir Djendé KOITA qui réclame ses 40 000 FCFA, Adama BAH qui réclame ses 1 000 000 FCFA et enfin Hamadi Dengaire SOW qui aussi réclame ses 6 000 000 FCFA soient mises dans leur droit et je pense qu’elles y seront ».

Le député Gassama ne désespère pas non plus de l’aboutissement de la procédure ainsi enclenchée visant à faire toute la lumière sur une affaire qui, à un moment donné, a gravement porté atteinte à l’image de l’une des plus grandes assises de toute démocratie : l’institution judiciaire et la mise dans leurs droits des victimes. Ainsi, en réponse à la question de savoir quelle serait sa réaction en cas de non-aboutissement de la procédure, il rappelle : «Mais comme le disait le chef de l’Etat, c’est une situation claire et qui est loin d’être une affaire où on couvre quelqu’un. Cette situation est d’ordre national pour ne pas dire international. Il y va de la crédibilité de notre justice. Dans tous les cas, je suivrai les données jusqu’au bout ».

D’ores et déjà, certains des plaignants sont arrivés dans la capitale. Il s’agit de Adama BAH et de Hamadi Dengaire SOW ainsi que leurs témoins, en l’occurrence les sieurs Manga DIAW et Mamadou THIAM. Relativement à cette présence incomplète des victimes, l’honorable député indique : «Je ne comprends pas pourquoi Djendé KOITA n’a pas été appelé par la Cour suprême ». Et de poursuivre en donnant le mobile de son point de vue de leur présence à Bamako : «Je dirais qu’ils sont à Bamako sur demande de la Cour suprême. Je voudrais saluer ici monsieur Cheickna Deteba KAMISSOKO, celui-là même qui a diligenté les enquêtes à avant d’être nommé à la Cour suprême. C’est vous dire qu’il est le mieux placé pour éclairer l’auditoire ».

Aussi, face à l’implication des uns et des autres, mais également les interprétations tendancieuses de son interpellation après toute la vague qu’elle a suscitée, le député Mamadou Awa Gassama soutient : «Je remercie et félicite l’ensemble des bonnes volontés qui ont bien voulu à ce qu’une solution définitive soit trouvée à ces différends. Loin de moi toute idée de discréditer la justice malienne, mais seulement j’aurais appris que le socle de toute démocratie est l’Etat de droit ».

En tout état de cause, en raison de la procédure désormais initiée, il est permis d’espérer une issue heureuse à un scandale qui a éclaboussé la famille judiciaire et qui ne finit pas encore de faire des vagues dans les milieux concernés.

Par Bertin DAKOUO
Maliweb.net

Share.

About Author

Comments are closed.