Vous êtes ici : Portail Soninkara » Culture Soninké » Tradion orale Soninké » Le mari, sa première femme,le vieux gérisseur, le berger et le marabout Soninké, Partie 3

Le mari, sa première femme,le vieux gérisseur, le berger et le marabout Soninké, Partie 3

contes-soninke

Partie 1Partie 2Partie 4Partir 5

yugon ti nga nxrusini maana be m’an gan’a ko,yugu xasen ti, koota be an dan nyaqe ngari t’in n’a jaara watte mañi a yi mene, gelli nga d’an nyaqe ke wori ta in xosi jaaribi nti watte nŋa yi, xa foofo mañi a yi, alla d’in jaarabi nda noxo taaxu an ñaqe, nna toxo taaxunu an na l’in yaagundin yaqun di lenmu naxa,maañon kiina ti, yugu xase an d’alla raga na noxon taaxun ke yaqe, soxu kuruma in n’an xurusi m’in gadi ñiiñe nxurusi d’an batte,

– Il va falloir me dire la raison pour laquelle je dois te tuer, demanda le mari.

– Le jour où tu as amené ta nouvelle femme pour que je la soigne de sa supposée maladie, elle n’avait rien du tout, avoua le vieux guérisseur. Depuis que mes yeux se sont posés sur elle, je fus épris et conquis par cette beauté insolente. Je n’ai pu contrôler mes sentiments. Elle est tombée enceinte à la suite de mes visites nocturnes. Je ne voulais pas que tu viennes m’humilier devant ma femme et mes enfants.

– Tu as fait un bébé à ma jeune épouse ? Viens te coucher et que je te tranche la gorge jusqu’au sol, vociféra le mari, les yeux injectés de sang.

yaxarin fana in ga konpen ŋa a t’i gami bogu su a faayi yugo ke xurusini ya,yaxarin fana ke da kiine nkitte do lobo laga a ti alaji maxa a xurusi,moodini sikki faayi, sigi nna ku moodini sikki xibaaren koni an da,yugo nti a ko tonŋu ga ma wori moodini ku sikki xibaaren ŋa ta nŋa xurusini

yaxaran ti moodi fana a t’i da ñ’alla da

moodi fillandi nt’i da toxo alla da

moodi sikkandi nt’i da deberi alla da

La première épouse se dit que si elle ne sort pas de la chambre, son mari allait égorger le vieux guérisseur. Elle sortit et prit la main de son mari qui s’apprêtait à égorger le vieux forniqueur.

– Chéri, ne le tue pas, dit la . Je vais te raconter l’histoire de trois marabouts.

– Je t’écoute, dit le mari. Si je ne suis pas convaincu par ton histoire des trois marabouts, je vais l’égorger.

– Le premier a dit: je le fais pour Dieu. Le second dit: je laisse pour Dieu. Et le troisième a dit: je l’accomplis pour Dieu.

Moodi fana,fulle yogo yan ñanxa yi fulle ke siino tanmi do karago a ga nagaanini deben da, kun siino tanmi do karago a ma foofo kita ma yilli muudu karagi, a d’i wuttu na dag’i xaliifa moodin ŋa,fulla yugon ti moodin da gellin na nli xa debe ke siino tanmi do karago in ga yeren ma foofo kitta ma muudu karagi saasa in d’i xaliifan ŋa, nwa telle debi tana yi ma in ŋa fonnu kitta in na kafi muudu ku karagi ya, moodin ti ka pullo an sexi nke y’an da yillu toxo nmaxa, a yiwa o su n’a wara alla yi, fulle daga moodi yugon xa giri nan daga fulli yugon ñillu nsu gaaga,a ga da ku beeni kita, a d’i xobo seliŋu,seliŋu in ga jiidi, a di i xobo sugu do joxo, sugu ku do joxon xa jiidi moxo siri,a da i gaaga na naanu xa xobo,naanu ku xa jiidi ma i ga tannaxate na bakka,

Le premier marabout hébergeait un peul. Ce s’occupait des troupeaux du village depuis quinze années. Pendant tout ce temps il n’eut que cinq moudés1. Il prit ses cinq moudés et partit les confier au premier marabout.

– Marabout, depuis que je suis venu dans ton village, je n’ai pu avoir que cinq moudés (environ quinze kg de mil). Je te les confie, dit le berger peul. je vais partir dans un autre village en espérant gagner encore un peu de mil.

– Berger, tu me fais confiance en me laissant la garde de ton mil. Ainsi laissons tout cela aux mains de Dieu, répondit le marabout.

Dès que le berger ait tourné les talons, le marabout se précipita pour vendre le mil qu’on venait de lui confier. Ce qu’il en tira, il acheta des poules et des coqs. Quand il eut assez de poules, le marabout acheta quelques chèvres. Les chèvres se multiplièrent et il finit par acheter des vaches. Ces quelques vaches se multiplièrent aussi et formèrent un  troupeau de quarante bovins.

ken da ñi ka pullo ga daga debe be yi xadi a da siino tanmi do karago ya ña non xa yi,a da muudu tanmi do karago ya kita ken debe xa yi a do xufa baane,fulli yugo nleseme tanjikke siine, nagaaniye muudu tanmi,a do xufa,fulla yogon nti alla bara i ke yi ya,a yille katti i debi fana,t’i wa telle i muudun karagi wutu moodin maxa i n’i kafu ke yi, i na yille katti i deben,fulla yugon in ga kille ke trende nliŋoye daqun da raga,a ri debe yogo kun xa yiran baane ya n’i maxa, yaxare ngana ñi bakka a na wuttu yugon na taaxu konpe noxo, yugon xan da ñi bakka a na wuttu yaxaren na toxo konpe noxo,alla do misikiinaxu nsabu nda fulli yugo li ken bire daqun da tooro,a da yaxaren ña ñi sella, yugon wa fon noxo,fullen ti xa din ku jin ga minni, yaxaren da ji kini a yi,ti xaraxanme,a xa ken xaraxan baane ya n’i maxa gunne,ka pullo ga minni xaraxanme nxose,yaxare nti yugon d’an ga ma bogu ka pullo d’o xaraxanmen xoso de,yaxaren da yiraame kini yugon ŋa ken da ñi ka pullo ken wuru ,yugon ŋuru do a batte ,na ka pullo raga n’a xufa buseyi do muudu karagi be a ga d’i kita siino tanmi do karogo noxo,

Le berger resta quinze ans dans ce second village à s’occuper des troupeaux. En quinze années pastorales, il n’eut que quinze moudés (environ cinquante kg de mil) et un voile. Il se résigna à retourner récupérer le mil qu’il a confié au premier marabout et de rentrer chez-lui. Sur la route du retour, il eut très soif et s’arrêta dans une case en pleine brousse. Il se trouvait qu’un homme et sa femme habitaient cet endroit. Ils étaient d’une extrême pauvreté. Ils ne possèdèrent qu’une calebasse et un pagne qu’ils se partagèrent à tour de rôle. Quand la femme sort, elle met le pagne et le mari reste dans la case, vice-versa.

Quand le berger arriva, il trouva la femme dehors. Il lui demanda de l’eau et cette dernière lui donna de l’eau dans une petite calebasse. Le berger par inadvertance cassa la calebasse. La femme dis à son mari que le voyageur a cassé la calebasse. Elle rentra dans la case, son mari en sortit et pourchassa le berger qui détala. Il l’attrappa et lui prit le voile et le mil qu’il avait gagnés dans le second village.

yugo ga ri a ti yaxaren da o na dinmu timi on lege,xaranxanme nxosoye nya xeeri,na tuguti o da yiranfillandi kita a do muudu karagi,ka pollo ti a da ñ’i taqe ma bono saasa yaani ntaqen ga bono,a wuyinte nli katta moodi yugon,a ti moodi yogon da ,a n’i muudun karagi kini,i wa yillene katti i kaara na tuguti, i ke alla d’i xa taga kundu ya, tanjikke siine muudu karagi,moodi yogon ti ka pollo yillen ga na keren, an ga da muudu karagi be toxo yere, kun ku ŋa yere yi mene,in n’i kini an ŋa,yilen ga kere moodi yugo nŋore ka polo kaane a da daga nan goorun ŋa a ti ka pollo, an muudu nkaragi faayi tannaxate na,nñi nga di an muudu sikki yillan kupa an falle alla d’an arjexen ña ku ya,ka pollo da nan gooren ke su xatta du kaane hari a ma ti moodi yugon da harina an kari,i ti moodin da ka pollo da naani maneme kini an ŋa moodi yugon t’i da ña alla ya da selli i gana nimisi su alla n’i tirinde ye,yaxari fana nti ke ni moodi fanan ña,a t’i d’i golle deberi t’alla,an ta yugo toqo no t’alla, a t’i yo moodi fillandi nxa da manne deberi

Quand le mari retourna, il dit à sa femme de fêter cette belle prise. La brisure de la calebasse a été un bon présage. Ils eurent un deuxième pagne (le voile) et du mil.

Le berger se dit qu’il doit être maudit pour avoir autant de malchance dans la vie. En pleurs, il retourna chez le premier marabout pour récupérer le mil qu’il lui avait confié. Il se lamenta en se disant qu’il a passé trente années à travailler et il n’a gagné que cinq moudés (environs quainze kg de mil).

– Marabout, je suis venu récupéré le mil que je t’ai confié jadis, dit le berger peul.

– Pas de problème, demain je vais te donner les cinq moudés que tu m’avais confiés, répondit le marabout.

Le lendemain, il amena le berger au troupeau de quarante bœufs et  vaches. Le marabout lui expliqua comment il avait troqué son mil pour des poules et que ces dernières amenèrent des chèvres et plus tard un troupeau de bovins. Le berger ne le remercia même pas et amena tout son troupeau.

Les villageois demandèrent au marabout combien de bœufs le berger lui a donnés. Il leur expliqua qu’il fait tout cela pour Dieu et qu’il n’a aucun regret.

La première femme dit à son mari de ne pas tuer le vieux guérisseur et de le laisser comme le premier marabout avait laissé au berger le troupeau de bœufs sans contrepartie. Le mari lui demanda de lui relater ce qu’a fait le deuxième marabout.

Partie 1Partie 2Partie 4Partir 5

La suite prochainement SPAD sur…Soninkara, le site de la culture .

Par Doudou SAKHO et Demba SOUMARE


Annotations

1. Moudé est une mesure de céréales en afrique de l’ouest, principalement chez les Soninké, peuls, bambaras, etc. Le moudé est un récipient obtenu après sculpture d’un tronc d’arbre. Ce tronc est creusé de telle sorte que la contenance doit faire dans les 3,3 kg de céréales. Il continue jusqu’à présent à être utilisé quand il s’agira de vendre ou d’acheter du mil. En général trente moudés équivaut à cent kg.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522