Vous êtes ici : Portail Soninkara » Actualité » Mamadou Lamine Dramé: la bataille du Boundou et de Gorlou près du village de Manael

Mamadou Lamine Dramé: la bataille du Boundou et de Gorlou près du village de Manael

mamadou-lamine-drame

A Bakel, le 29 avril, on fait le bilan des opérations dans une partie du Guidimaxa et du Kamméra, sont présents ce jour : Frey, Combes et Lefranc principalement. Après les départs de et de son fils il faut maintenant « s’occuper » rapidement du Goye et du Guidimaxa et y briser toute velléité de résistance. Sur instructions du marabout, les populations avaient traversé le fleuve pour aller s’installer sur les bords de Gorlou, un marigot de la rive droite entre et Manaël. Dès le 30 avril, Frey en personne dirigera les opérations militaires contre les 2000 guerriers chargés de protéger les civils.

Attaqués par surprise au niveau de Tuabou sur( la rive droite, ils se dispersèrent dans le Guidimaxa après plusieurs heures de combat. Ousmane Fall interprète du poste de Médine sera chargé après la défaite de rançonner les populations du Goye ; il revient à Bakel avec 2000 têtes de bétail et des centaines de prisonniers.

Le 2 mai, les stocks d’arachides et de mil de Diawara sont pillés et évacués vers Bakel.
Selon les griots, les métaux précieux soutirés aux populations vaincues reviennent aux Français, le bétail, les esclaves, et surtout les femmes, sont répartis entre les Africains en fonction de leur degré de collaboration…

Combes après la bataille de Gorlou alla rencontrer Abdoul Boubacar roi du Fouta de passage à Dembacané à qui il promit oralement (promesse qui ne lui coûte pas un clou) la cession du Damga en contrepartie de son engagement auprès des Français dans le Guidimaxa. Il envoie aussitôt un contingent de 2000 hommes qui se présentera dès le 22 mai face à Samba Kandji abandonné par ses habitants.

Ce même 22 mai après Guémou, les troupes coloniales dirigées par le colonel Frey et les auxiliaires du Fouta entrent à Coumbadao également abandonné de ses habitants mais qui sera tout de même incendié. La colonne meurtrière de Frey après avoir dévasté l’ensemble du Guidimaxa, atteindra Kayes fin juin. Nous noterons que les Maures qui connaissent bien le Guidimaxa, lui serviront de guides dans ses expéditions de « pacification » à travers toute cette région durant les mois de mai et juin.

Au total après la bataille de Bakel, Frey a brûlé une centaine de villages. Il a surtout cherché à affamer ce qui restera des 50 000 Soninké qui auraient, selon lui, tous soutenu Mamadou Lamine Dramé ; on comptera 3000 à 6000 tués sans compter les blessés qui se comptent aussi par milliers ; ne sont pas comptés les victimes des épidémies et des famines causés par le pillage ou la mise à feu des greniers et des habitations. Du côté des colons, on dénombre 138 Européens morts, 65 tirailleurs tués (chiffres invraisemblable quand on sait que le système du « Carré » expose d’abord les auxiliaires, puis les tirailleurs et ensuite seulement les Européens qui sont au centre… du Carré).

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522