Vous êtes ici : Portail Soninkara » Actualité » Mamadou Lamine Dramé: bataille de Bakel et du Boundou

Mamadou Lamine Dramé: bataille de Bakel et du Boundou

mamadou-lamine-drame

Il retourne alors à Bakel et se propose d’aller conquérir Gamon et le sud-ouest, ensuite, il reviendra en force rencontrer son fils Souayibou qui restera sur la rive droite du fleuve pour réorganiser la résistance. A son retour, ils prendront les Français en étau entre le Guidimaxa et le (en avait-il trop dit en écrivant une lettre dévoilant son plan aux Français ? Frey avait-il besoin de tels arguments pour poursuivre sa politique de terre brûlée ?). Il demande aux troupes du d’attendre le retour de Souayibou en face sur le fleuve, de à N’ (peut-on rester longtemps hors de son village jusqu’à une date indéterminée ?) et celles du Kamméra de Bakel à Kayes.

De Bakel Souayibou se rendra au Jafunu sur la rive droite tandis que son père prendra la route du Boundou. lève le camp de le 23 avril, et le 24, il arrive à Kidira. Il n’eut pas le temps de s’asseoir dans la case préparée pour l’accueillir, qu’une des deux colonnes françaises dirigée par le commandant Houry (l’autre commandée par le commandant Combes sévit sur le fleuve avant de bifurquer sur l’affluent à l’ouest), envoyées à ses trousses dans le plus grand secret par Frey attaquent les 500 cavaliers et 200 à 300 fantassins de Mamadou Lamine Dramé, plus les porteurs, les femmes et les troupeaux du marabout…

Protégé par ses fantassins, Mamadou Lamine Dramé monte précipitamment à cheval au milieu de ses cavaliers sous le feu nourri des spahis suivis des auxiliaires de Ousmane Gassi arrivé de Bakel avec Frey en personne.

Par manque de vigilance le bilan de Kidira après cette attaque surprise est catastrophique pour le marabout qui perd plusieurs de ses fantassins, 600 captives…, le bétail. Dans le butin on compte sa bibliothèque personnelle, jadis portée par 24 personnes qui est également confisquée par Frey.

Le 25 avril les Français sont à Sénoudébou sur les traces du marabout, mais pour la première fois la ville est brûlée à titre d’avertissement à l’intention des Français afin de les faire réfléchir sur leurs actes criminels commis à l’encontre des populations du Guidimaxa et du Gajaga.
Le lieutenant-colonel Frey revient à Bakel, mais on notera qu’entre le 10 avril et le 24 mai des opérations de guerre larvée sont menées contre le Gajaga et le Guidimaxa où les Français pratiquent « la politique de la terre brûlée ». Mais auparavant ils se sont assurés de la neutralité active de surtout au Jafunu où, après avoir reçu une lettre de Frey l’invitant à réprimer le Guidimaxa, le souverain toucouleur se dit occupé au Karta… Ce qui laisse le champ libre aux Français dans le Guidimaxa

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522