Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Empire du Wagadou » Histoire des Forgerons de Barâgo » Histoire des forgerons de Barago : Le travail du fer, Partie 4

Histoire des forgerons de Barago : Le travail du fer, Partie 4

bomou-toudoga

1235La suite prochainement sur Soninkara.

Le père de Bala fané s’appelle Dioungala. Le père de Dioungala s’appelle Saloumakha Djimé qui est aveugle le jour et voyant la nuit. On les appelle Tégué . C’est lui a sculpté un caisson de Wanxaré1 et l’a offert à notre ancêtre à Barago. Avant de le lui donner, il le perça de sept trous à travers lesquels la peau du Dioubouré (Diouboudé)
2 est maintenue tendue. L’ancêtre Bano mit la main sur le tam-tam et tout Barago accourut.

Bala Fane faaba ya ni Jungala. Jungala faaba ya ni Salumaxa Jinme. Kiiranfinkkinte ma Wurudunyaaxante. O ti Bonmu Tege Tuudoga Kamana Gille, Bonmu Tege Tuudoga Kamana Deppe. Ken ya da wanxaren seku n’a kini kisima Baano yi, na boto ñeri r’a yi, sebelenkaccun ga roon’i ya, a ga godongodan tigitini, na fate ke raga. Ken wanxare ga segi koota be ya ni, Baano ga d’i kitten wara wanxarin fate ke di, i ga tini «jubude».

Hommes et Femmes, jeunes et vieux accoururent au son du Dioubouré en lançant les onomatopées Iyo-Iyo. C’est ainsi que depuis ce jour les femmes commencent toujours leurs cérémonies de danses et de chants par Iyo-Iyo. Il y avait cent quarante quatre noms de famille à Barago. Mais c’était Dimmé qui en était l’origine.

Baaraago ga gidi, yugon do yaxare, iyoo! A ya ni ke yi, iyoo! A ya ni ke yi. Tagadunma yaxarun xosi ken ya ña suuge yi nan ti: «Yeewo-yeewo.» Yeewo ke joppe timini tagadu ya da. Kame tannaxate janmunu naxati. Xa a sababun kite Sumaye dinme ya.

Sept mois après la fin de l’hivernage, quand les voyaient le passage du héron, ils pensent aux champs et à la préparation des outils d’agriculture: coupe-coupe, daba, etc. En ce temps-là, les européens n’avaient pas encore mis le pied en Afrique. En ces temps reculés et immémoriaux, la roche était encore malléable, le fer très facilement forgeable et les cœurs des hommes n’étaient pas de pierre.

Kanme kutiye xasu ñeru, sooninken yaaxen ga na saxanjinmen wari, a haqilen ga yanqana ke be, ken ni soxo teenun ya. A fillande, ken ni soxo yokkun ya, n’a wutu yide, tonge, pandi, a do mexen yokku tananu. Ken bire nasaaran kiyen ma ri, a ga soxo yokkun dabarini. Ken bire giden xayen ya ni, sondomun xawun ya ni, mexe ke xayen ya ñi.

Tous les de Barago partaient en brousse chercher le minerai de fer qu’on appelle les cailloux de Diéboura. Ils faisaient fondre le minerai de fer dans de grands chaudrons qu’on appelait bas-fourneau. C’est de la fusion de ce minerai que les Soninké tiraient les barres de fer pour fabriquer les outils et les armes. Après la fusion, ils séparaient le fer des impuretés contenues dans le minerai. Après le refroidissement du minerai fondu, les Soninké de l’époque fabriquaient des outils tels que coupes-coupes, faucilles, couteaux, dabas, lances, sabres et fusils.

Tagadu wa gilli i wa roono gunnen ŋa nan daga koccen muuru. I ga tini kocce be da, «jebuura kocce». I w’a xajana Sewunmaran ŋa. A ga na xaje, mexe ke a wa bakka a di, a jinman dunbe. Xa mexetaaxuron ŋa senbene kaaran ŋa, i dura. Mexe ke fo siren xa a wa sebene i duran kaara. I n’a wara m’a ga sinpi. I ga n’a wari a ga da finayen joppa, i na mexe sire ke xunturanman wutu. Ken yan ñi dabarini n’a wutu bunne, labo, xedo, yide, pandi, soxotongen, nan dag’a wara kaafan do tanmen ŋa. Hari marafa. I ñ’a ñaana fo gabe yi.

1235La suite prochainement sur Soninkara.

 

Doudou SAKHO


Annotations

1. Wanxaré (mot soninké) est un bois noble dans la savane oust-africaine.
2. Diouboudé est un tam-tam Soninké utilisé principalement par les Tagadima

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522