Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Empire du Wagadou » Histoire des Forgerons de Barâgo » Histoire des forgerons de Barago (village des forgerons de Wagadou): Fané Bomou Toudoga, Partie 3

Histoire des forgerons de Barago (village des forgerons de Wagadou): Fané Bomou Toudoga, Partie 3

forgeron-soninke-baraago tague bomou

1245 La suite prochainement sur Soninkara.

Mais il ne suivait qu’un seul forgeron de Barago. C’est ce nom qui est sur les . Les de Barago ont compté le nombre de familles qui existaient à Barago en ce temps-là. Ils ont dénombré cent quarante quatre noms de famille de . Mais l’ancêtre vivait parmi ces cent quarante quatre grandes familles de forgerons. Il disait: rien ne peut se faire et se parfaire sans le forgeron. Qu’est-ce qui est comme le fait d’être forgeron ? Le jour où le Tagaaxu1 disparaît, dites bonjour à un monde et une existence vile.

Xa a ñi do tage baane ya batte, ken toxo ya faayi saasa tagadunmanun kanma. Baaraago tagadunmanun d’a yiriga, janmunu be haqen ga da me ñi Baraago. I ga taaxu i ga d’a wallafi: I ti kame do tannaxate, a do janmunu naxati. Xa kisima Baano ñi bireene i ya. A ma ñi janmu koono baane yi. A ga fo koono a ga bireene tagadu su yi t’a yi. A ti: «Fo nta siro duna, ma tage, fo nta bono duna, ma tage, gelli tagaaxu ga na bono, duna buren wa riini. Danbi siri gume, hawula siri gume. Man na xo tagaaxu ?»

C’était avec cela que notre ancêtre Bano régnait parmi les cent quarante quatre familles de forgerons. Son secret reposait dans un trou creusé par une souris. Au septième jour du septième mois après la fin de la saison des pluies, tout 2 faisait la fête. Cette fête s’apparentait à la fête du nouvel an. On étalait la peau sur le trou et le chef Bano s’asseyait et jouait du tam-tam. Le son qu’il jouait à l’époque s’appelait la danse du Djambéré3. Tous les forgerons, femmes et hommes, jeunes et vieux venaient danser et participer à la fête.

A ñi birene kame ke do tannaxaten do janmunu ku naxati ya ti ke ya. Ke be ga ñ’a maxa a koota, ñiiñankunmen ya ni. Kanme kutiye xasu ñeru, a bita ñeru, tagadu wa sangana, i sewoyen sangen d’i ñaxaliyen sange, xoyi o ga tini siinan yilleye. I nda ñiiñankunme ke kutu, i na faten bifind’a yi. Baano wa taaxunu a koota, a ga ke be tinmi, ken ni janberen ya. Taganren yugun do taganren yaxarun na kuure, tagadunmayaxarun wa taaxunu. A koota i wa janberen suugunu, tagon wa regene.

Ainsi Dieu pouvait bien nous laisser  dans cette situation et cet état. Mais parmi les cent quarante quatre familles qui résidaient à Barago, il y avait la famille des . Et l’ancêtre de cette famille s’appelait Fané . Ce sont les gens du Mandé qui l’ont appelé Fané. Les Peuls l’appelaient Mbo. Et cet homme  s’appelait en réalité Kourousson Bomou. Le père de Kourousson s’appelait Bala Fané Bomou. En réalité ce Bala Fané n’est pas un être humain. A l’origine c’étaitt un Djinn.

Alla r’a ña, o toxo ken taaxe noxo, ma tuwaana tana ga riini nan ro haqilun di. Ken xa haqe be ga ñi Baaraago, a wa taaxunu kapp’i ya. A janmun ya ni Fane Tuudoga. Banbaranun yan ti Fane. Xa sooninkon ti Bonmu. Fullun ti Nbo, Kuruson ya ni, Kuruson Bonmu. Ken Kuruso faaba ya ni Bala Fane. Xa Bala Fane feti haadamarenme, jinnan ya ni. A ñi kayitoorikutten ya kanma Faadensoyaako.

1245 La suite prochainement sur Soninkara.

 

Par Doudou SAKHO


Annotations

1. Tagaxu, c’est le fait d’être forgeron. C’est tout ce qui définit, ce qui spécifie, ce qui différencie les forgerons des autres. C’est tout un ensemble de code social et culturel.
2. Tagadou est un mot Soninké. Il est composé de la racine tage et du suffixe du. Tagadou veut dire la maison des forgerons, c’est à dire l’ensemble des familles de forgerons
3. La danse qu’on appelle Djamba que certains aînés ont connu dans les villages Soninké jadis est dérivée de cette danse ancienne.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522