Histoire de Gory: la relation entre les Diabira, Soumaré du Guidimakha et les Doucouré de Diafounou, Partie 19

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Kayinde nta o walla me yi, kallungooraaxu ya ni ta. An ga na xenu Xaɲaaga yi, hari bito tanmi terende ya ga ni Jaafunu do non naxa, i na axa faabandini ya nan daga axa deema. An ga na xenu Jaafunu xa yi, hari bito tanmi terende ga na ɲi Xaɲaaganken do Jaafunu naxa, a riini Jaafunanken ya deema. Ayiwa o do i xa naxan ni ke ya yi.

Entre Kaniaga et , rien ne peut nous brouiller, même une insulte. Si le Kaniaga est attaqué, même s’il y a une distance de 10 jours de marche, les gens de viendront les secourir. Si le est attaqué, même s’il y a une distance de 10 jours de marche, les gens de Kaniaga () viendront les secourir. Voici le lien de solidarité entre le et le Kaniaga.

Anmedi Mariya a do Gaayi Mariya, i wa saaxe yi. Anmedi Mariya ɲa Jaafunanke yi, Gaayi Mariya ɲa Gidimaxanke yi. Gaayi Mariya ya n giri Gidimaxa ti i ri bogu Anmedi Mariyan ŋa Jaafunu, a saaxarenmen ya ni; a gemu ɲaxan ŋa yere (Jaafunu), a da i ŋunon bagandi, doroken baane ya na a xannen ŋa, a kira regene. A do Sumaaren ya n ri doome. Nelle, Sumaaren da i ŋunon do i doroken su bagandi nan rege. Dukkuren ti, a ti Sumaaren da: “An da fo ɲa xa Gaayi Mariya da an saama. Ɲaxanna, a gunbo, a tanmise, ɲaxan toxon ya ga fo wo fo yi, a ga na kara Gidimaxanken jon di a ga Jaafunu ya, a ya fo ni xoqe.

et Gayi Mariya ont la même mère. s’est établi au Diafounou et Gayi Mariya au Guidimakha. Gayi Mariya quitta le Guidimakha, accompagné d’un et vint rendre visite à son frère au Diafounou. C’est son frère. Il a trouvé qu’il y a un mariage ici au Diafounou. Il enleva son pantalon bouffant et conserva son boubou. Il dansa toute la journée. Puis au soir, le Soumaré enleva son pantalon et son boubou et se mit à danser. Les dirent au Soumaré qu’il fait quelque chose de singulier mais Gaye Mariya l’a devancé. S’il y a un mariage au Diafounou, si on tue un bœuf ou un mouton, la queue revient au Soumaré, s’il est présent.

Gelli Jabbira ga nta no, Sumaaren ga no, Sumaaren ya fo ni. Sumaaren ga nta no sere wo sere ga taaxu Gidimaxa, Gidimaxa toxon ya ga an ŋa, hari siraqen ya an ga Jaafunu, ke ga na kara an jon di, an ya fo ni xoqe gelli Sumaare ga nta no. Xa Jabbiran ya fo ni.” A xa ti: “N xa da a ɲa an xa da”. Jaafunanke, ɲaxanna ga na kara an jon di an ga Gidimaxa, an ya fo ni xoqe; a tanmisen do a nan su. Gelli Dukkuren ga nta no Jaafunanke su ga Gidimaxa, Jaafunu toxo ke ya ga an ŋa, ɲaxantanmise ma ɲaxanna ga na kara an jon di Gidimaxa, an ya fo ni xoqen ŋa.

Si aucun Diabira n’est présent et qu’un Soumaré est là, la queue lui revient. S’il n’y a pas de Soumaré, la queue revient à toute personne habitant le Guidimakha, même si ce dernier est un maure! Cela appartient d’abord aux Diabira, ensuite aux Soumaré et enfin à toute personne habitant le Guidimakha.

Alors les habitants du Guidimakha ont accordé la réciproque aux gens du Diafounou. Si au Guidimakha on tue au cours d’un mariage un bœuf ou un mouton en présence d’une personne du Diafounou, à ce dernier revient la queue, sauf si un Doucouré est présent. Si un Doucouré n’est pas présent, n’importe quelle personne habitant le Diafounou peut prétendre à la queue. Mais cela appartient d’abord aux Doucouré.

Laada ke ro o naxa kundu ya, Gaayi Mariya do Anmedi Mariya ya na saaxe. Anmedi Mariya ni Jaafunanke, Gaayi Mariya ni Gidimaxanke. Gaayi Mariya ke janmun ya ni Jabbira. Gidimaxa su ga na ɲi me kanma, Jabbiran ya fo ni xoqen ŋa, Jabbira ga nta no, Sumaare. Sumaare ga nta no Gidimaxa su n ɲera a di, fo be gan xasa, an ya na a wuttu. Jaafunu su xa ga na me ɲi Gidimaxa, Dukkuren ya fo ni xoqe;

C’est ainsi qu’on a mis ce coutume et ce lien entre les Soumaré du Guidimakha et les Doucouré du Diafounou. Hamédi Mariya et ont la même mère. Hamédi Mariya s’est établi au Diafounou et Gayi Mariya au Guidimakha. Le nom de famille de Gaye Mariya est Diabira. On l’appelle Gaye Mariya Diabira. Quand tout Guidimakha est présent, la queue de tout ce qu’on tue au Diafounou revient aux Diabira. S’il n’y a pas de Diabira, on la donne  aux Soumaré. Si ces deux sont absents, elle revient à toute personne du Guidimakha par ordre d’aînesse. Et si on tue quelque chose au Guidimakha, la queue revient aux Doucouré, sinon à toute personne du Diafounou qui est plus âgée que les autres.

Traduction: Doudou SAKHO

Share.

About Author

Comments are closed.