Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Histoire des Doucouré de Gory » Histoire des Doucouré de Gory: l’origine des familles Tandja du Diafounou, Partie 20

Histoire des Doucouré de Gory: l’origine des familles Tandja du Diafounou, Partie 20

diaguily-gory-Diabira

Jaafunu su xa ga na me ɲi Gidimaxa, Dukkuren ya fo ni xoqe; Dukkure ga nta no janmunu ku kuttun ga na me ɲi, fo be gan xasa, ken ya fo ni, xa Dukkuren ya fo ni. Gidimaxa demu gajanŋa do xoqen ŋa ma i ga soro sikki girindini Jaageli nan ti i n ri tirindindi Gori. Debigumun da in xiri nan ti ku giri Gidimaxa do xoqen ya sabaabun ŋa:  Dukkureyaxare yogo ya na Jaageli a ti i ya fo ni xoqe, Jaafunanken ya ni. Tanjan xa ti i ya fo ni xoqen ŋa, Jaafunanken ya ni Tanja ke yi.

Si tout se réunit au , la queue revient aux . En l’absence de , la queue revient à la personne de la plus âgée. Mais elle revient d’abord aux Doucouré en priorité. Il y eu une dispute à Diaguily Guidimakha au sujet d’une queue. Ils enverrèrent trois personnes à . Le chef du village de m’appela pour me dire que ces personnes viennent du Guidimakha pour une histoire de queue. En effet, à Diaguily une femme Doucouré ressortissante du Diafounou a réclamé la queue d’un bœuf de mariage. Un homme de la famille , lui aussi ressortissant de Diafounou réclama la même queue.

Tanja ke ti, a ti: “Yaxaren ra nta laada wuttu na yugon toxo o xa su ni Jaafunankon ya yi; an ken yaxarinma na laadan wuttu na yugon toxo, a ra nta ɲaana.” Ke gajanŋen ɲaŋi Gidimaxa ma debigumen ga seren girindini nan ri tirindindi Jaafunu. Gori su da me ɲi. N ti: “An ga na daga an na ti Dukkuren ya fo ni.” Anmedi Mariya, laadan nan ro Jaafunanken do Gidimaxanken naxa a sabaabun kite Anmedi Mariya ya yi. Yaxare be i do a ga me yi, Anmedi Mariya soxooden yinme yinme ni ken yaxare ya.

Le Tandja dit:

– Une femme ne peut pas usurper la queue en présence d’un homme. Nous sommes tous les deux issus de Diafounou. Mais une femme ne peut pas réclamer la queue du bœuf en présence d’un homme.

Il y eu une grosse dispute jusqu’à ce qu’on envoie trois hommes à Gory pour savoir à qui revient la queue du discorde. Tout Gory se rassembla sur la place du village pour statuer sur cette histoire rocambolesque. Puis je pris la parole:

– Quand vous retournerez à Diaguily, dites leur que la queue appartient au Doucouré. Cette coutume entre le Guidimakha et le Diafounou a été instauré grâce à . La femme Doucouré qui dispute la queue est une descendante directe de .

Yogonu wa a wuttu Dukkurenun ya ni, i ma bogu Anmedi Mariyan di; xa ken yaxare bogu Anmedi Mariyan ya di. Tanja, Jaafunanken ya ni, xa Tanjan lesilin feti Jaafunanke. Tanja, i yinmanken toxon ya ni Xaaye Manŋa. Xaaye Manŋa, tanjikke renme ya na a maxa. A ti i n fuŋo danbe roxo yaxiyen ya, xa i nta fuŋo renbure saareye yi; a da tanjikke renme ya saara. Ren xuumante wa Xaaye Manŋa maxa, a na a rondi konpen di, a na yuguxoore yogo ŋunon bogu a yi ti a n kira sangana ti a yokkun ŋa, koota su. Xunbane a na yuguxoore tana riti na a ŋunon bogu a yi, na a rondi renme ke maxa ti a n kira sangana ti a yokkun ŋa.

– Certains Doucouré bénéficient de ce coutume alors qu’ils ne sont pas issus de Hamadi Mariya. Mais cette femme est de la lignée directe Hamédi Mariya. Le Tandja qui lui dispute la queue est un homme de Diafounou mais son origine n’est pas du Diafounou. Les Tandja, leur roi s’appelait Khâyé Mangha. Khâyé Mangha a eu 30 enfants. Il dit qu’il a dépassé le mariage avec une petite famille, mais il n’est pas à l’abri d’un enfant indigne. Parmi ces 30 progénitures, il avait un enfant chétif. Il le mettait dans la chambre. Puis Khâyé Mangha dévêtait un homme et disait à son enfant chétif de s’amuser avec les bijoux de famille de cet homme. Le lendemain, il fait la même chose avec un autre homme en l’humiliant.

Ken ga kiɲe Tanjan ŋa, Tanjan ti, a nan sanga ti yuguxooren yokkun ŋa, a ti a xenpene i ke ya yi. Tanjan xusi a kari. Xaaye Manŋa da kuren wutu ti i na Tanjan buxuru, soxooden n maxa toxo i taara, i na a su kari. Leminu sikki daga suwa, yaxarinxasen gemu i ya, a ti: “I da axa falle buruxu de, axa ga na daga su, i wa axa karini.” Leminu ku wuru. I yille na a ko tunkanyugon da. Xaaye Manŋa ti leminu sikki wa i da gunnen ŋa de, kun ma kara. A ti kuren nan daga do i ya. Leminu ku ri Xonman ŋa tibandini, i ti Xonman da: “O ri xaliife an ŋa de, kuren ya na do o batten ŋa.”

Quand le tour de l’humiliation atteignit un Tandja, celui-ci dit que cette histoire s’arrêtera avec lui. Le Tandja tua l’enfant de Khâyé Mangha. Khâyé Mangha constitua une armée pour poursuivre les Tandja et anéantir leur lignée. Trois enfants partirent chercher des fagots de bois secs et une vieille femme les interpella et leur dit de ne pas retourner au village car Khâyé Mangha a tué toute leur lignée. Que s’il retourne, ils seront tués eux-aussi. Les gamins prirent la fuite. On rapporta à Khâyé Mangha que trois gamins étaient partis chercher du bois en brousse. Il dit à son armée d’aller les exterminer. Les gamins fuyèrent et trouvèrent Khoma en train de tresser le chaume de sa case. Ils lui dirent qu’ils sont venus chercher refuge auprès de lui.

Traduit par Doudou SAKHO

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522