?? Histoire de Gory: Comment les Tandja et les Diawara sont devenus des cordonniers, Partie 21 | Portail Soninkara
Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Histoire des Doucouré de Gory » Histoire de Gory: Comment les Tandja et les Diawara sont devenus des cordonniers, Partie 21

Histoire de Gory: Comment les Tandja et les Diawara sont devenus des cordonniers, Partie 21

Tandja

Xonman ti: “Xa ro tiban wure!” I ti: “I na o ŋalla ya.” A ti: “Xa ro tiban wure!” I ti: “I na o ŋalla ya.” A ti: “Xa ro tiban wure!” I ti” “I na o ŋalla ya.” A ti: “Hari i nda axa ŋari, axa nta kalla de! A da tiban wure wutu i ro. Xonma ke do i renmun wa tibandini. Kuren ri ware i kanma ti: “O na do leminu sikki ya batten ŋa, i tabatten xenpe an ya yi.” Xonman ti: “Ke do ke do ke ya ni,” a da i yinme renmun koyi i ya.

– Cachez-vous sous le chaume de la case, leur dit Khôma.
– Nos poursuivants vont nous découvrir, dirent les trois enfants .
– Cachez-vous sous le chaume de la case, leur répéta Khôma.
– Nos poursuivants vont nous découvrir, redirent les trois enfants Tandja.
– Même s’ils vous voient, ils ne vous tueront pas. Khôma soulève le chaume et les trois enfants se cachèrent.
Khôma et ses fils continuèrent la fabrication du chaume de la case.
– Nous sommes à la recherche de trois enfants. Leurs traces s’arrêtent ici, dirent les poursuivants des deux enfants Tandja.
– Ce sont les traces de mes fils qui sont ici présents avec moi en train de construire le chaume de notre case, rétorqua Khôma.

Paqi, i da kun kari! I da a yinme renmun kari. I ga daga bire be, a da tiban wutu, a ti: “Xa bogu!” I bogu. A ti: “In yinme renmun ya faayi i ga da i kari axa batten di xaliifeye xotoyen da, xa dangi ya koyi axa n daga!” Tanjan xa ti: “N ke buru ɲeeri, Xonman ga ro sere su kan di, Tanjan ya ga ni an ŋa, a kittiduuron ga bogu, Alla nta barike ro ken ka di, hari na ken ɲa i fi lagare yi! Xonman ya ga ro Tanja su kan di a kittiduuro nan bogu, ken ga na sere be ɲi biranton di, Alla nta barike ro i di. Xonma nta roono Tanja ka di a kittiduuro ga bakka hari lenki.

Ils tuèrent les fils de Khôma et partirent. Quand les poursuivants furent partis, Khôma dit aux enfants Tandja de sortir et leur déclara ému:

– Voici mes enfants morts à votre place car la demande d’asile est plus importante que tout ce qui existe sur cette terre. Partez et continuez votre chemin.

– Jusqu’à la fin de notre descendance, si Khôma rentre dans une maison de Tandja et qu’il ressorte les mains vides, que Dieu enlève Sa Baraka de cette maison. Que ce soit leur dernière action sur cette terre. Si Khôma rentre dans une maison de Tandja et qu’il ressorte les mains vides, que les Tandja qui vivent à cette époque soient  dépourvus de tout baraka , dirent les trois enfants Tandja.

C’est ainsi que Khôma ne rentre jamais dans une maison Tandja et qu’on le laisse sortir les mains vides.

Sunpu Ŋana Gille a do Xaara Baane do Usi Lagare, Leminu ku sikki toxon ni ku ya yi. I ga ro gunnen di, gide ke wa xaɲene katti i ya, a nda fo be kita i na a buyi. Koota baane a ga ma fo kita, a da i toge ke ya kutu na a buyi na a ro yittiderun di na a falla xoxonen ŋa, na toge ke siiti na yiraamen ro a kanma. A ga muruxu, xoxone ke ti a da ti: “Mani na an ŋa?” A ti: “Koota fulaana koota an ga da tiye be yiga, n da a kutu yere ya, n ga ma fo kita n kittiduuron nan maxa yille katti an ŋa.” A ti: “Taata, n ke toqo axa da yigaana ya yi.” Ken ɲa garanken ŋa, Sanuunu Jaawara, Jaawaran ku. Sunpu Ŋana Gille a do Xaara Baane, baanen ɲa Tanjan Faatama yi, baanen ɲa Tanjan Sanbaxeesi ya. I ri ware Dukkuren xa kuren di. I ga ro Dukkuren kuren di, a ti: “Axa kisi.” a ti: “Fo wo fo ra ntaxa kiɲene axa yi, ma i ga riini lanben fakkan ŋa.”

Ces trois enfants Tandja s’appellent Soumpou Nghana Guillé Tandja, Khara Bâné Tandja et Wossou Lagaré Tandja. Quand ils eurent atteint la brousse, l’aîné chassa le gibier pour les deux autres. Ils rôtissaient tout ce qu’il pouvait chasser. Un jour, la chasse ne fut pas bonne. Il coupa un bon morceau de la chair de sa cuisse, le rôtit et enveloppa ce quartier de viande dans des feuilles et l’amena chez les deux autres. Il se fit un pansement de fortune et cacha la plaie sous ses vêtements. Il devint handicapé à la suite de cette blessure.

– Qu’est-ce que tu as? demandèrent les deux autres.

– L’autre jour, la viande rôtie que vous avez mangée, je l’avais coupé de ma cuisse parce que la chasse a été infructueuse et je devais vous ramener à manger à tout prix, lui révéla son frère aîné.

– Mon frère, nous resterons pour toi et pour toute notre lignée des mangeurs 1

Ces deux branches des Tandja sont devenues des Garanko, c’est à dire des , , un Diawara . La lignée de Soumpou Nghana Guillé Tandja et celle de  Khara Bâné Tandja, l’une est devenue et l’autre Tandja Sambakhessi. Le musicien est issue d’une de ces deux lignées de cordonniers.

Puis ces deux familles vinrent trouver les . Les leur dirent qu’ils sont sauvés. Plus rien ne pourra vous arriver désormais. Jusqu’à ce qu’ils arrivèrent devant un marigot en crue.

 Traduit par Doudou SAKHO


Annotations

1. Ils jouent divers rôles dans la société soninké. Ils sont généralement chargés du travail de cuir (tannage de la peau, fabrication de chaussures et autres petits objets en rapport avec le cuir). Dans certains milieux soninkés, les garanko peuvent être amenés à jouer le rôle de «porte voix» du Debegoume () ou d’un quelconque notable à l’occasion des assemblées villageoises.  Ils demandent leur substance . Ils ont un rôle de facilitateurs et d’intermédiaires dans les affaires familliales. En compensation, ils demandent à leur « batun faabe » leur substance.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522