Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Histoire des Doucouré de Gory » Histoire de Gory: le Diafounou récupère ses enfants refugiés au Kaniaga après le siège de Gory, Partie 18

Histoire de Gory: le Diafounou récupère ses enfants refugiés au Kaniaga après le siège de Gory, Partie 18

Doucoure de Gory au Diafounou

Xaɲaaga tunkanyugon ti, a ti: “Mansa Anmedi, guja be ga an feqen wure,” a ti, “a soxundi; wallaahi, n kuna ti Alla yi, xunbane, danŋen ga na kati Jaafunanken leminen ga sere su maxa i kan di, an ga ma ri a sigindi a faabanu ya, n na ken ka xooro. An ga na an renmen ta gillen ko, a ta deppen xa ko, Waayeli koota kamo sikki yugo ya faayi saqa Jaafunu da no i ga ri Xaɲaaga deema, ken ya n xoto Tanbaxaara kootan tanɲeere yugon ŋa.”

Le roi de dit:

– Mansa Hamédi, repose le tapis en peau qui est sous ton aisselle. Je jure au non de Dieu, si demain le tambour de guerre résonne et que tous les jeunes de ne soient pas restitués à leurs parents, je bannirai cette maison du Kaniaga. Si tu parles du long pied de ton fils, parle aussi de son pied le plus court. Le jour de , il y a eu 300 hommes de qui sont morts pour avoir secouru le Kaniaga. Et le jour de Wayel est plus important que les 70 morts de ( ou ).

A faxa da an jaabi. A ti, Laamudo Julube gan ti i kun ya na kure kini, i tiini xusi a joppa o ku yi xa axa daga marafan katu i ya, i kun nta a tu suguburudo wa axa marafan di, axa xa tonŋun ga nta i ya. Jaabi Xaaɲi ti jaman da, a ti: “Xa wuyi saqa baranxullen ŋa, n ke ra wa bito sikki ɲaana n nta xenqene, Banbella janbayen me nta ɲaana yere.” A do marafan wa yoorindini hadaman kanma, a wuyi saqa.

Si (Amadou Tall, fils de ) avait demandé à Diafounou de lui donner une armée pour combattre le kaniaga (Khaniaga), nous allons lui dire de commencer par nous avant d’en venir au Kaniaga. Vous avez tiré sur nous sans qu’on sache qu’il y avait des déjections de chèvres dans vos fusils. Diabi Khagni dit aux gens de Diafounou de passer la nuit sur cette plaine. Moi je peux rester trois nuits sans dormir, je vais monter la garde. La traîtrise du village de  Bambéla ne nous arrivera plus. Il monta la garde.

Janbaye maxa ŋari a di. Yillen ga kare, danŋen ga kati, Jaafunu leminen toxo riini xo buure, yugon do yaxare; i ri a su sigindi i faabanu ya: “In renmen ya ni ke yi, in renmen ya ni ke yi!” A yille tiini ka su ga a di fare, ka su ga a di fare; ken bire faren ma gabo, ku leminu ra nta Jaafunu terana. I da yogonu setundi i falle, siinun ŋa, yogonu soro filli fare, soro sikki fare. I da Jaafunu tunsi i leminun ŋa ma Jaafunu.

Rien de fâcheux n’arriva pendant la nuit. Le roi du Kaniaga ordonna de taper sur le tambour et les enfants de Diafounou, filles et garçons affluèrent de tout le Kaniaga. Chaque enfant vint rejoindre son père. Chacun disait: ceci est mon enfant, ceci est mon enfant. Le roi de Kaniaga ordonna que chaque maison du Kaniaga donne un âne pour que les enfants le montent pour le retour au Diafounou. En ce temps, l’âne est un bien précieux et rare. Certains enfants montèrent derrière les cavaliers et les autres utilisèrent le dos des ânes. Les gens de Kaniaga les accompagnèrent jusqu’au Diafounou.

Xaɲaaga da ke golle ɲa. O da laada ro o do me naxa: Xaɲaaganke, Jaafunanken ga na a ɲi hari i yaqen ya ne, kallungooraaxu ya ni ta. Jaafunanken xa ga na Xaɲaaganken ɲi hari i yaqen ya ne, kallungooraaxu ya ni. Ken dangiyen falle ɲaxannan ga na kara, Xaɲaaganken ga Jaafunu, Xaɲaaganke ke fon ni xoqen ya; ɲaxanna ga na kara Jaafunanken xa jon di Xaɲaaga, Jaafunanken fon ni xoqen ya.

Voici l’œuvre de Kaniaga vis à vis du Diafounou. Nous avons établi des coutumes entre le Kaniaga et Diafounou. Si un trouve un homme de Kaniaga dans sa chambre, cela ne dépassera pas le stade de la plaisanterie. Et si un trouve dans son lit un avec sa femme, cela ne dépassera pas le stade de la plaisanterie.

Ensuite, au Kaniaga si un Diafounanké assiste à un mariage, on lui donnera la queue du bœuf sacrifié. Réciproquement, si au Diafounou un Kaniaganké assiste à un mariage, on lui donnera la queue du bœuf sacrifié.

Traduction: Doudou Sakho

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522