Histoire des Doucouré de Gory, le siège de Gory par Amadou Tall, fils de El Hadj Omar, Partie 15

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

” I ti: “Iyo o da a mugu.” I ti: “Duna sikke bita manime ni ke yi?” A ti: “A sikken bita sikkan ya ni.” i ti: “Bito sikki?” A ti” “Yobo: Alla da duna taganden joppa alahaadin ya, tenenŋe, axa da in tirindi taratan ya yi; duna sikken bita sikkan ya ni.” I ti: “Duna fo wo fo ga a di mani n misa a su ya?”” A ti: “Tiiden ya n misa a su ya.” A ti: “Ji wurunten do i misoye moxo wo moxo, an ga na tiban dabari, kanme nta konpen noxon kitana de. Xa an ga na yinben ken kumu tiban noxon di, tiiden bakka sellan ŋa ya; o da a tu ti tiiden ya n misa.” I ti: “Ke feti lemine yi, xa da a gida gujan kini a yi.” Murunte Silamaxa, a da Kingi mara.

Ils dirent à l’incirconcis :

– Nous avons entendu. Maintenant la seconde question: combien de jours se sont écoulés depuis la création du monde ?

– Le nombre de jours depuis la création du monde est trois, répondit Silamakan.

-Trois jours ? demandèrent les habitants de ?

– Oui! Car Dieu commença la création du monde le dimanche et vous me posèrent la question le mardi. Et le mardi est le troisième jour de la création de l’univers, répondit Silamakan.

– Une troisième question:  quelle est la chose la plus fine au monde ?

– C’est la fumée qui est la chose la plus fine dans le monde, répondit Silamakan. Car la plus fine de la plus fine goutte de pluie n’arrivera jamais à traverser le chaume de la case. Mais si on allume un feu dans une case, la fumée finit toujours par sortir à travers le chaume. Et c’est la fumée qui est la chose la plus fine au monde, expliqua Silamakan.

– Celui-ci n’est pas un gamin. Rendez-lui le trône de son frère, s’exclamèrent les gens de Kingui.

Ken do saasa naxa Ɲaxate, a nta Juman toxo yaxini, a nta Juman toxo toxorana, Juman toxo xa nta wuyini a kan di. An ga ri tanni i na an xatana ya baawo tunkanyugo ke, a gidanyaxaren ya ni Juma. Juma yan da a ko Daaman Gille da ti a na ke safaye fulaana safa, ke lenxotte fulaana, Haasa xooren na a safa an danŋa na a ro faren ŋa xanlango yi an ga bogu ti Ɲaxate su galaqen ŋa, a dagana ya. A yan da ken feera koyi na Kingi boosi. I xa da a ko me da, sere su ntaxa Juman toxo toxorana, an nta a yaxini; Ɲaxatenun xosen ya ni ken ŋa. O ku Jaafunu, o do Gidinme naxa: ɲaxanna ma ɲaxantanmise, a ga na kara Jaafunanken jon di, xoqen ya ni o fo; a ga na kara Gidinmanken xa jon di Jaafunu, a fon ni xoqen ya. Ayiwa Gidinme ken moxon ni ke ya yi.

Depuis lors, les  (Niakhaté) n’épousent jamais une fille avec un prénom Diouma. Ils ne nomment jamais une de leur fille Diouma. Une personne du nom de Diouma ne séjournera jamais dans leur maison. Si une personne qui a un patronyme Diouma vient chez-eux, ils te chasseront sans ménagement. Parce que la sœur du roi qui a trahi les , s’appelle Diouma . C’est Diouma qui a dit à Diawara d’aller voir  Hâssa le Grand. Hâssa te donnera un collier de peau tannée cousu par un cordonnier (safayé). Tu mettras ce collier au cou de ton âne. Avec cet âne, tu passeras devant la maison de chaque (). Si tu passes devant sa maison l’après-midi, le lendemain matin ne le retrouvera pas dans Kingui. Si tu y passes le matin, le crépuscule ne le retrouvera pas dans Kingui.

C’est elle qui a donné aux Diawara comment conquérir Kingui sans mener une seule bataille. Alors les Niakaté (Niakhaté) se dirent aux uns les autres de ne plus jamais donner de prénom Diouma à une de leurs filles sinon personne ne l’épousera. C’est devenu un interdit pour les Niakaté.

Entre (Diafoumou) et Guidimé la relation qui existe entre-nous est ceci. S’il y a un mariage d’une personne de Guidimé en présence d’un ,  la queue revient à ce dernier. Et s’il y a un mariage à Diafounou en présence d’une personne de Guidimé, la queue revient à cette dernière. Voilà le lien qui unit Diafounou et Guidimé.

Laamudo Julube (Amaadu Siixu) ga ri Gori raqen raga, xasu ɲeeri a da Gori yoori. A do tannaxate wujuune ya n ri. A do tannaxate wujuune da Gori raqen raga, a ga yillene a do wujuunu ɲeeri yugo ya n yille, a su faayi saqa Gori. Cerino Alifa ga ɲi Batama, a faaba ya n ti a da: “An faaba Siixumaru taalibe fanan ni ke ya yi.” A ti: “Fo be ra ga Gori niyini, ke fe de. An dagana taaxu Gori raqen ya yi an na i naxafan bonondi.” Ken bire yillen wa gunnen di, tigan wa gunnen ŋa a ma ro kaanun di, faren wa a yigana, hadamarenmen wa a yigana, sin wa a yigana, i yinmenu wa kaanun noxon di. Dullen baane yan ra na Gori bonondini. Xa hadamarenme, boorinxulle kataanon ya ni, hari boorinxullen ga yittiderun naxa, i ma a toxo a da sakkati sere siginte. A ri taaxu Gori raqen ŋa xasu ɲeeri.

( fils de ), était venu faire le siège de pendant sept mois. Ses troupes encerclèrent le village de au Diafounou. Ils étaient au nombre de 40 000 combattants. Mais quand la guerre finit, il n’en restait que 7 000 combattants. Les Doucouré de Diafounou les ont exterminés sans pitié. Les 37 000 combattants jonchent encore le sous-sol de

qui était à Batama, son père a dit:

– Je suis le premier talibé de ton père El Hadj Omar Tall. Il a dit que le seul moyen de vaincre Gory est d’y faire le siège et de les affamer. Il faudra le faire quand le moisson n’est pas encore fait, que les grains d’arachide sont encore sous terre et que rien ne soit ramené dans Gory. Il n’y a que la famine qui peut venir à bout des Doucouré de Gory. Mais ce sont des chasseurs de tourterelle blanche. Même la tourterelle qui est dans les feuillages n’a pas été à l’abri des Doucouré. Aucun homme n’est à l’abri des Doucouré.

Amadou le fils de El Hadj Omar vint fait le siège de Gory pendant sept mois.

Traduction: Doudou Sakho

Share.

About Author

Comments are closed.