Histoire des Doucouré de Gory, secours de l’armée de Soroma, Partie 9

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ken ga da i tubogu, i ti an nan saage a xalana. Siigumen ra wa terene Jaafunu, bundanŋen ya na yaxarun kitten di i ga leppan katta; ken bire xalan ma bange. Ken ga da i tubogu, Jaafunu da me fuula, i ti: “Xa ri o n daga Soroma a na kure kini o yi o n ri xenu Raman ŋa!” I daga Soroma, i da Koyitan ɲi Maaruntara, a ti: “Taballen na in ya maxa, xa jama nta in maxa, jaman na Soroma Xoore ya, Jaafunu, xa daga Soroma Xoore!” I daga Soroma Xoore, Soroma Xoore ti yugusirun wa o maxa xa taballen na Koyitan ya maxa. I yille katti Koyitan ŋa, Koyitan ti: “O su na me ɲi Soroma Xoore!” I da me ɲi Soroma Xoore, i da kuren “siiɲe“ i wa riini Jaafunu deema Raman ŋa koota fulaana koota.

Quand ils en ont eu assez, ils lui demandèrent de carder encore davantage. Les cavaliers pouvaient parcourir tout . Les femmes avaient un arc pour frapper le coton. A ce moment, la ( en 1 n’était pas très répandue. Quand la population de Diafounou en eu marre, ils se dirent d’aller préparer une troupe pour attaquer Raman. Ils partirent à Soroma et trouvèrent les à Marountara (Marounfara).

– Il dit de frapper le grand tambour 2. Ils ont le grand tambour mais ils n’ont pas assez de troupes. C’est dans le grand Soroma (Soroma Xooré) qu’il y a du monde. Et Diafounou se dirigea vers le grand Soroma. Les gens du grand  Soroma leur dirent:

– Nous avons des guerriers mais ce sont les Koïta qui ont  le grand tambour ().

Ils retournèrent voir les Koïta qui leur dirent de réunir tous au grand Soroma. Ils se réunirent tous au Grand Soroma. Ils décidèrent de lever une armée pour venir aider Diafounou combattre Raman tel jour.

Fodiye faayindaanan wa taaxunu, a ti kure nda ɲi telle Jaafunu, i na sere kari kuren ga dangini a kanma. Sanba Jalu ti: “In renyaxaren faayi, bononten ya ni, xa da ke xurusi kuren nan dangi a kanma!” Fodiye faayindaanan ti: “Sere be ga na daga kuriyinmankaaxun di, ken ntaxa riini de, ken toqo ya.” Kurigume ke xa, Koyita ke xa, renyugu karagi ya na a maxa: Tumaani Soxona do Muusa Soxona wa saaxe yi, Kuusinke do Sanbu wa saaxe yi, Mahanmadu Haawa baane wa i ma yi, ken ya ni sooma. A ti: “Mahanmadu Haawa, an ken baane ya ni an ma yi, maxa daga ke yinmankaaxu di, i ti sere be nda daga a toqo ya, an xoxone yogo n daga baawo an ken baane ya na an ma yi, an ma konbon nan maxa kaawa.” A ti: “In ma konbon yan kaawana xa n dagana ya, in xoxone nta telle kuriyinmankaaxu di na in toxo.” Ayiwa i ri yanqa Jaafunu, i ti Sanba Jalu na i renyaxaren kini i ya.

Fodyé le devin présent leur conseilla de sacrifier une personne et que l’armée marche sur son corps en allant à Diafounou. Samba Dialou dit:

– Voici ma fille, c’est une rebelle. Sacrifiez-là et que l’armée lui marche dessus sur la route de Diafounou.

– Celui qui sera le chef de la troupe ne survivra pas à la guerre, il ne reviendra plus chez-lui, leur révèla Fodyé…

Le chef de l’armée est un Koïta. Il a 5 fils: Toumani Sokhonna et Moussa Sokhona ont la même mère, Koussinké et Sambou ont la même mère et Mahamadou Hawa est fils unique de sa mère. C’est Mahamadou Hawa l’aîné. Il dit:

– Mahamadou Hawa, tu es fils unique. Ne sois pas le chef de cette armée. Celui qui en sera, ne reviendra pas vivant. Qu’un de tes demi-frères soit le chef d’armée puisque tu es enfant unique du côté de ta mère.

– Peut-être que ma mère sera sans enfant, mais je ne laisserai jamais un de mes demis-frères prendre la tête de l’armée à ma place, lui répondit Mahamadou Hawa.

Ils se mirent en route vers le Diafounou et demandèrent à Samba Dialou de sacrifier sa fille comme il l’avait promis.

I da a xurusi. Kuren dangi a kanma, i ri yanqa Jaafunu. Minan Kollo Dogoso ti: “Ke kagandaare faayi de, n faayi birigene a di saasa, n wa ɲaana faringije yi, yinmanko ku sikki ga tillisu ku beenu wure, fo wo fo ga a di, n wa a tillisinkaccen kutunu; n na Waali sagata, n ga na birige botoxan di. Axa ga na in do botoxan ŋari tanni, axa n xenu i ya. Axa ga ma in do botoxan ŋari, i ga na in kari killen di, xa maxa xenu i ya de!”

Ils sacrifièrent la fille de Samba Dialou. Toute la troupe lui passa sur le corps comme l’a recommandé Fodyé le devin. L’armée conduite par Mahamadou Hawa arrivèrent au Diafounou. Minan Kollo Dogosso dit:

– Voyez-vous ce son de mil, je vais me rouler dedans et vous me verrez transformé en Sanglier. Je foncerai sur les trois tentes des trois chefs de nos ennemis et je couperai les cordes des dites tentes. Puis je partirai me rouler dans de la boue. Si vous me voyez avec la boue sur tout le corps, attaquez-les. S’ils me tuent avant que je ne me roule dans la boue, ne les attaquez surtout pas.

Traduit par Doudou Sakho


Annotations

1. On appelle carde à main en Soninké: Khala. Avant de pouvoir être filé, le coton doit être cardé ou peigné, en fonction du matériau et du résultat souhaité. Le cardage consiste à démêler et aérer les fibres textiles à partir de cotons bruts.

carde-a-main-khala-en-soninke

carde-a-main-khala-en-soninke

2. Le grand tambour Soninké est appelé Taballé. C’est un grand tronc creusé recouvert de peau de vache. Il résonne très très fort. On ne frappe ce tambour que s’il y une grosse urgence. La manière de frapper ce tambour peut produire des sons qui ne sont compris que par les initiés. Il sert ainsi à envoyer des messages codés sur de très longues distances grâce au phénomène d’écho. Il y a un grand tambour (taballé) dans chaque village. Dans certains villages Soninké, on disait que le bâton qui permettait de frapper ce tambour était en fait une main humaine sacrifiée. Toutes ces légendes Soninké ajoutaient du mystère à ces tambours hors-norme.

Tambour-Soninke-Taballe

Tambour-Soninke-Taballe

Share.

About Author

Comments are closed.