Vous êtes ici : Portail Soninkara » Histoire Soninké » Histoire des Doucouré de Gory » Histoire des Doucouré de Gory, la destruction de Yélimané, Partie 7

Histoire des Doucouré de Gory, la destruction de Yélimané, Partie 7

Histoire de Gory

Ayiwa, Haruuna Njaayi kisima ti a da, a ti: “N ke wa an tu de, xa n ke ma an tirindi ken ŋa de.” Jaman ga sanqi bire be, a da a xiri a do a daga fonkaaran ŋa, a ti: “An ga ti an wa in tu, an da tonŋu ko, an da in ŋari minna?” A ti: “An da tonŋun ya ko, an wa in tu, n do an gemu Gori do Yelimaane naxa, ken bire Junqulaanu ma taaxu, gujan wa in maxa, salliji kubulenmen wa in maxa, an xeere an da in faayi, n xa xeere, n da an faayi; an ma sefe in da, n xa ma sefe an da.

 Alors, le grand-père de Harouna Ndiaye lui dit:
– Je te connais mais tu ne m’as pas demandé si je te connais. Quand les gens se dispersèrent, il l’amena à l’écart et lui dis:
– Comme tu me connais, c’est vrai, mais où m’as tu vu ?
Il lui répondit:
– C’est vrai, tu me connais. On s’est vu entre et – en ce moment, le village de () n’a pas été fondé. J’avais une natte de prière en peau, j’avais aussi un petit canari rempli d’eau pour mes ablutions. Tu m’as regardé sans me parler, je t’ai regardé sans te parler non plus.

A falle, n do an da me ɲi Jooguntoro, siigumu ɲeeri wa do in batten ŋa, debe su n wa waajundini no, an ya n ɲa in da xaanadiya yi in do Jooguntoronko naxa; an da a mugu de!” A ti “Yobo”, a ti xa “An wa wuyun kitana ma an ga lagarini wuron do kiyen tirindini soron ŋa.” I da kamo ku sikki yugon bereta. Tamasa Juma, ken daga kamo ku sikki yinmankaaxun di Yelimaane kareyen ŋa. I ga ri Yelimaane, a da Sanbaru wara deben ŋa, i da Sanbaru niyi. A da Fuuta wara a yi, i da Fuuta yillandi. A da Xaɲaaga wara a yi, i da Xaɲaaga yillandi. A da Kingi wara a yi, i da Kingi yillandi. A da Soroma wara a yi, i da Soroma yillandi. A da Baaxunu wara a yi, i da Baaxunu yillandi.

– Après on s’est revu à . Il y avait 7 cavaliers derrière toi. Tout le village de fait le sermon… Tu auras une longue vie. Tu vivras tellement longtemps que tu demanderas aux gens s’il fait jour ou nuit.

Ils choisirent les 300 hommes . C’est qui est le chef de ces 300 hommes lors de la défaite cuisante de Yélimané. Quand ils sont arrivés sur le mur de Yélimané, le groupe de Sambarou a été éconduit par les guerriers de Yélimané. S’ensuit la débandade de ceux du par les combattants de Yélimané. Ensuite les combattants du ont été retournés par ceux de Yélimané. On a envoyé les guerriers de , ils ont été éconduits à leur tour. Puis ce fut le sort subi par les combattants de Soroma. On a envoyé les guerriers du Bakhounou, les combattants de Yélimané leur ont fait retourner la bride.

Tamasa Juma daga sigi, a ti Siixumaru, a ti: “O ku maanu do o faabanu da o riti ti o n ri gaja ya, xa i ma o riti ti o n ri yugun faayi, an ga ma bogu Jaafunu do Yelimaane naxa xunbane su, o ku wa yillene, o ku maanu do o faabanu da o riti ti o n ri gaja ya, i ma ti o n ri yugun faayi.” A ti: “Axa xeferin ya nan roxa mene, Jaafunu.” A ti: “An ken sefe feti ken.” I da tanɲeere segensegemaade kutu, segensegemaade su, soro tanmi do fillo; i ga na ke xenundi, ke na segensegemaaden wutu ma i ga dagana na segensegemaaden senbendi Yelimaane tagayen ŋa. “N tan wutu! N tan wutu!”, Siixumaru ti “n tan wutu” wure ni mani ya fulanxannen di? I da a ko a da. A ti: «Jaafunu ko sagata» (Jaafunu ni yugon ya). Laxasaaran ga riini, i da Yelimaane kara. I da a tilenten soxundi Siixumaru jon di, i ti a naabure be ga kite, a faayi. A da Gidinme xiri, a koboncinden ga gemu sere be.

Tamassa Diouma se leva et dit à El Hadj Oumar:
Nos pères et nos mères nous ont envoyés ici pour combattre et non pour regarder les autres guerriers aller au front. Si tu ne laisse pas les hommes de aller attaquer Yélimané, nous retournerons à Gory. Nos parents nous ont envoyés ici pour combattre et non rester en simples spectateurs.

lui répondit:
Les troupes de Diafounou ne sont pas nombreuses !
Tamassa Diouma lui répondit, agacé:
Ceci n’est pas ton problème !
Les combattants de Diafoubou firent 70 échelles. Sur chaque échelles, ils mirent 12 hommes. Quand les hommes de Yélimané firent tomber de l’échelle un guerrier, un autre prend sa place jusqu’à ce qu’ils accrochèrent les échelles sur les remparts de Yélimané. El Hadj Oumar Tall n’entendais que soulève mon pied, soulève mon pied. Il demanda qu’on lui traduise en peul ce que cela signifie.  On le lui traduisit. El Hadj Oumar Tall dit:

Les guerriers de Diafounou sont des HOMMES!

A la prière de l’après-midi, les combattants de Diafounou détruisirent la ville de Yélimané. Ils aménèrent le butin à El Hadj Oumar Tall. Celui-ci appela les gens de Guidimé.

Traduit par Doudou Sakho

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.

Powered by Culture et Societe | Copyright © Soninkara 2002-2013 | CNIL nº1189522